You are here

Congo (Democratic Republic)

Détails de l'annonce

Organisation : Médecins du Monde - Dokters van de Wereld
Site web : https://jobpage.cvwarehouse.com/?q=coordinateur_trice_des_ressources_humaines__f_h_x___rdc&job=271568&companyG
Lieu de l'emploi : Bukavu /
Type d'emploi : Contrat à durée déterminée
Type de contrat : Temps plein
Fonction : Coordination
Date de publication : 01/06/2023
Date limite : 15/06/2023

Profil

Etudes / formation et Expérience

  • Diplôme Universitaire en sciences économique, gestion,  Droit, GRH,
  • Expérience équivalente en ONG.
  • Vous avez minimum 5 ans d’expérience dans une fonction de coordination administrative et en Ressources Humaines de projet.
  • Expérience en expatriation pour une ONG internationale.

Compétences et qualités requises

  • Connaissance des principaux bailleurs de fonds.
  • Maitrise parfaite du Français et bonne connaissance de l’anglais.
  • Maitrise parfaite du pack MS Office.
  • Maitrise des politiques et procédures de base pour les volets Administration et RH.
  • Compétences d’analyse et de synthèse.
  • Parfaite compétence en organisation personnelle.
  • Compétences en management et en coaching
  • Rigueur et moralité.
  • Diplomatie
  • Esprit d’équipe, flexibilité, bonne gestion du stress, leadership.

Description

Coordinateur/trice des Ressources Humaines (f/h/x), RDC

QUI SOMMES NOUS

Médecins du Monde est une ONG internationale de développement médical faisant partie d'un réseau international. Nous fournissons une assistance médicale aux groupes vulnérables, en Belgique et dans le reste du monde.
Nous voulons une couverture universelle de santé où chaque personne a accès aux soins, sans obstacles.

En Belgique et dans le monde, nos projets se destinent à toutes les personnes qui n'ont pas ou plus d'accès aux soins de santé. En particulier, ils se structurent en cinq axes : les personnes en marge de la société, les enfants en situation de vulnérabilité, les femmes, les personnes migrantes ou déplacées et les victimes de crises ou de conflits.

Pour mener à bien notre mission, nous nous basons sur trois piliers : 

  • Soigner : donner un réel accès aux soins aux populations.
  • Changer : plus qu'aider, nous voulons changer les choses à long terme.
  • Témoigner : nous ne restons pas silencieux. Grâce à notre expérience et notre présence sur le terrain, nous interpellons les pouvoirs (locaux, régionaux et (inter)nationaux) avec des faits, des chiffres et des réalités.

Nos projets suivent une série de valeurs communes à toute notre organisation : Justice sociale, Empowerment, Indépendance, Engagement, Equilibre.

CONTEXTE

À l’est de la République Démocratique du Congo (RDC), suite au conflit chronique qui y sévit depuis plusieurs décennies, l’accès aux soins est grièvement entravé, soit par un manque de structures, les distances à parcourir pour atteindre les soins, ou encore l’accès limité dû aux violences.

Fin 2021 la nombre de déplacés internes en RDC était estimé à près de 5.6 millions de personnes, dont la majorité dans les trois provinces du Sud-Kivu, Nord-Kivu et l’Ituri. La moitié sont des femmes, et la santé des femmes est un enjeu majeur. Outre le manque général d’accès aux soins, les femmes et les filles sont également victimes de la banalisation du viol dans la société.

C'est pourquoi Médecins du Monde est présente sur place depuis plusieurs années.

Au Sud-Kivu, nous intervenons sur un programme de Santé et Droits sexuels Reproductifs à Bukavu et à Uvira. Dans les territoires de Kabare et de Kalehe, nous implémentons une approche « One Health » qui vise la coordination des acteurs de la santé humaine, animale et de l’environnement.

Par ailleurs, MdM BE exécute un projet d’intervention multisectorielle au profit des personnes vulnérables et affectées par les conflits dans les zones de santé d’Itombwe et de Minembwe.

L’ESSENTIEL

Vous gérez l’ensemble des aspects RH de la mission afin de garantir la mise en œuvre des projets via l’engagement et l’organisation des Ressources Humaines adéquates aux besoins. Vous donnez également un appui à la Coordination Générale au niveau de la Communication Interne.

TÂCHES ET RESPONSABILITES

En tant que Technicien et Manager :

Coordonner l'ensemble des activités de RH afin de garantir le respect des procédures internes de MdM Be, des procédures bailleurs et du cadre légal du pays.

Exemples de tâches :

Gestion des ressources humaines

  • Gérer les dossiers des membres du personnel de la mission (formalités administratives, processus de recrutement, contrats, constitution des dossiers individuels, briefing des nouveaux employés, confidentialité des informations RH ...)
  • En collaboration avec le Siège, développer et harmoniser les politiques et outils RH (timesheet, processus d'évaluation, modèles de contrats de travail, profils de poste, la gestion de base de données RH, les congés, etc.) et superviser leur mise en œuvre par toutes les équipes du terrain.
  • En collaboration avec le Siège, mettre à jour les documents de référence RH (conditions d'engagement, règlement intérieur, politique de prise en charge médicale du personnel national, politique de break, manuel admin ...)

Gestion administrative et juridique

  • Assurer une veille fiscale, légale, droits et devoirs de la mission vis-à-vis des institutions du pays et tenir informer systématiquement les membres de la coordination des changements et impacts par rapport à leurs activités respectives et sur la mission
  • Prendre les mesures nécessaires afin d’assurer le respect des législations en vigueur dans toutes les actions du programme
  • Collaborer activement aux procédures d’enregistrement de la mission auprès des autorités concernées et des différents services de l’Etat

Communication interne

  • En collaboration avec le Chargé de Communication du Siège, appuyer le Coordinateur Général à définir et mettre en œuvre une politique de communication interne sur la mission (par ex: affichage des notes internes, documents de références, communication des règles de vie…)Relations Sociales

Relations Sociales (si d'application):

  • Assurer la gestion courante des relations sociales au sein de l’organisation avec les partenaires sociaux (par ex : contacts direct et réguliers avec les partenaires sociaux, délégation du personnel… )

En tant que Responsable d'Equipe :

Coordonner le travail et les tâches des différents membres de l'équipe RH afin de garantir un cadre de travail optimal en fonction des moyens et priorités de la mission

Exemples de tâches :

  • Identifier les besoins en ressources humaines, superviser le recrutement, créer / réviser les descriptions de tâches et faciliter l'introduction de nouveaux membres de l'équipe
  • Encadrer les membres de son équipe; élaborer les plans d'action annuels, fixer les objectifs individuels, effectuer les évaluations, organiser les back up en cas de congé, absence, prendre les mesures disciplinaires.  
  • S'assurer que le plan de sécurité est compris par l'équipe dont il est responsable et que les règles de sécurité sont respectées

En tant que Membre de l'Equipe de Coordination

Représenter l'organisation auprès des organismes externes , analyser communiquer et apporter les améliorations nécessaires afin de permettre le déroulement optimal des processus RH sur la mission

Exemples de tâches :

  • Agir en tant que point de contact avec le(s) référent(s) technique(s) du siège
  • Participer avec l'équipe de coordination pays à la réflexion sur l'évolution de la mission, et la programmation de nouveaux projets et/ou réorientation (cycle de projet, Plans d'Actions Annuels, Stratégie d'Intervention Pays)
  • Rédiger les rapports réguliers sur ses activités

NOUS OFFRONS - Profil international

  • Contrat à durée déterminée (CDD) 6 mois (renouvelable sous réserve de financements)
  • Un cadre de travail dynamique et international avec un soutien rapproché depuis le siège de MdM-BE à Bruxelles ;
  • Une mission de terrain au cœur des activités de Médecins du Monde ;
  • Lieu de mission : Bukavu
  • Prise de poste : 01/07/2023
  • Conditions salariales : CDD (5 années d’expérience) 3103,15 € Brut (10 années d’expérience) 3261,44 €. Perdiem 635 €.

INTERESSE(E) ?

Merci d’adresser votre candidature sans tarder en utilisant le formulaire de candidature approprié, avant le 15/06/2023.

Nous nous réservons la possibilité de finaliser un recrutement avant la date de clôture de réception des candidatures.

Médecins du Monde s’engage pour les personnes en situation de handicap et lutte contre toutes les discriminations.

Nous vous informons que les données vous concernant sont informatisées, elles seront traitées de façon confidentielle.

Dans le cadre de la présente candidature, vos données sont conservées pour une durée de 6 mois.

Seules les personnes habilitées par notre Charte de confidentialité Générale pourront accéder à vos données à des fins strictement internes.

Détails de l'annonce

Organisation : RCN Justice & Démocratie
Site web : https://www.rcn-ong.be
Lieu de l'emploi : Kinshasa /
Fichier : PDF icon 2305_tdr_evaluation_mi-parcours_et_finale_vout.pdf
Type d'emploi : Autre
Type de contrat : Temps plein
Fonction : Autre
Date de publication : 31/05/2023
Date limite : 26/06/2023

Profil

Profil recherché

Le prestataire pourra être un consultant indépendant et/ou une agence de consultance. Dans les deux cas, une équipe d’évaluateurs sera constituée. L’équipe qui effectuera l’évaluation devra effectivement correspondre à l’équipe proposée dans l’offre technique. L’évaluateur aura une équipe basée en République démocratique du Congo afin de collecter des données en présentiel dans les zones d’intervention. Les qualifications et compétences de l’évaluateur suivantes sont requises :

  • Le consultant indépendant ou l’agence de consultance veillera à ce que l’équipe soit composée d’une personne ayant un diplôme de maitrise dans le domaine des sciences sociales, du développement international, des sciences politiques ;
  • Avoir au moins 8 ans d’expérience dans le domaine de l’évaluation des projets de développement avec des preuves à l’appui ;
  • Expérience dans l’évaluation de projets/programmes complexes de la même ampleur que le programme évalué ;
  • Avoir dans l’équipe au moins une personne familière avec le secteur de la justice congolaise ou ayant une expérience comme praticien du droit ;
  • Excellentes capacités en synthèse et rédaction ;
  • Excellente maîtrise du français (écrit / oral) ; la maîtrise des langues locales des zones du projet est nécessaire.

Contenu des offres

Les offres devront inclure :

  • Une offre technique : une lettre de manifestation d’intérêt ; un document comprenant la compréhension et inputs sur les termes de référence s’il les trouve nécessaires ; la méthodologie, la composition de l’équipe d’évaluation, les CV et expériences, les preuves d’expériences similaires, un planning indicatif, un certificat d’enregistrement dans son pays d’origine pour l’agence de consultance. La durée exacte de la consultance est à préciser dans l’offre remise, sachant qu’un budget de 50 000EUR maximum est disponible pour l’évaluation à mi-parcours et finale.
  • Une offre financière : la distribution du budget. Une offre financière proprement dite avec le montant hors TVA, le Consortium projet PARJ2 étant financé par l’Union européenne est exonéré de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).
  • Documents administratifs : Relevé d’identité bancaire, Numéro d’Identification Fiscal (NIF).

Envoi des offres

Les offres devront être envoyées par email à l’adresse email  ao@rcn-rdc.org  avec objet “Évaluation PARJ2”, au plus tard le 26 juin 2023, 12 heures de Kinshasa.

Modalités d’évaluation des offres

Le comité de direction sélectionnera l’offre qui présente le meilleur rapport qualité-prix, utilisant une pondération entre la qualité technique et le prix des offres. Dans l’approche méthodologique, il est attendu de prendre compte des aspects environnementaux, notamment une approche rationalisée des déplacements par voie aérienne.

La qualité de l’offre est évaluée sur la base de la grille suivante :

Critères

Score maximum

Score dossier technique

70

  • CV et expériences

30

  • Compréhension des TdR et des résultats à atteindre

10

  • Approche méthodologique globale

30

Score offre financière

30

Score total

100

Description

Contexte de l’évaluation

Un consortium d’ONG internationales, composé de RCN J&D, Avocats Sans Frontières (ASF) et TRIAL International, participe à la deuxième phase du programme d’Appui à la réforme de la justice (PARJ2) en République Démocratique du Congo. Le PARJ2 est financé par le Fonds Européen de Développement (FED) sur une durée de trois ans (du 01/02/2022 au 31/01/2025) et est aligné sur la Politique Nationale de Réforme de la Justice (PNRJ).

RCN J&D, organisation leader du consortium PARJ2, est une organisation belge. Elle est active dans le soutien à la justice. Sa vision est la suivante : « Il ne peut pas y avoir de société sans justice ». Pour servir la société et les personnes, la justice doit s’adapter aux réalités et besoins sociaux, économiques et culturels ; permettre le dialogue et le maintien du lien social ; être accessible à tous ; instituer des normes et des pratiques positives garantissant les libertés et l’égalité devant la loi ; lutter contre l’impunité des crimes les plus graves et enfin respecter les principes de l’État de droit.

Consulter le site : www.rcn-ong.be

Avocats Sans frontières (ASF), créée en 1992 à Bruxelles, est une ONG internationale spécialisée dans la promotion de l’accès à la justice et la défense des droits humains. L’organisation lutte contre les injustices dans nos sociétés et promeut le principe d’État de droit fondé sur les droits humains.

Consulter le site : www.asf.be

TRIAL International est une organisation non-gouvernementale suisse qui lutte contre l’impunité des crimes internationaux et soutient les victimes dans leur quête de justice. Elle offre une assistance juridique aux victimes, saisit la justice, développe les capacités des acteurs locaux et plaide en faveur des droits humains. Elle a des bureaux dans trois pays (en Suisse, en Bosnie-Herzégovine et en RDC) et une structure locale au Népal.

consulter le site : www.trialinternational.org

Le projet du consortium adresse certains défis auxquels fait face le secteur de la justice, à travers ses objectifs libellés comme suit :

Objectif général :  renforcer l’État de droit et promouvoir la démocratie en RDC.

Objectif spécifique 1 : l’accès au droit et à une justice de qualité pour tous est amélioré.

Objectif spécifique 2 : la lutte contre l’impunité et la protection des droits humains sont renforcées.

Objectif spécifique 3 : la lutte contre la corruption est renforcée.

Dans sa dimension géographique, le projet intervient au niveau central et dans trois provinces considérées comme prioritaires. Il s’agit d’abord de l’Équateur, qui est une province enclavée. En dehors de Mbandaka, où toutes les juridictions sont concentrées, le désert juridictionnel observé laisse une place centrale aux MARC. Il s’agit ensuite de l’Ituri, qui connaît depuis plus de 20 ans des conflits occasionnant des violations graves des droits humains, rendant l’existence d’un service de justice difficile. Il s’agit en outre de la province du Kasaï, nouvellement créée, qui a été bouleversée de 2016 à 2018 par un conflit d'une grande violence (milliers de morts, pillages et des déplacements massifs de populations, violations massives des droits humains) nécessitant une lutte contre l’impunité à la hauteur des crimes commis. Enfin, dans la ville-province de Kinshasa, où l’ensemble des problèmes des autres provinces se concentrent avec une dimension plus importante.

Par rapport aux enjeux et à la complexité du programme, le plan de suivi-évaluation prévoit une évaluation externe à mi-parcours et une évaluation finale. L’appel d’offre se réalise en un seul lot pour garantir une continuité et une cohérence dans l’approche méthodologique et l’analyse.

Objectifs des évaluations à mi-parcours et finale

L’évaluation à mi-parcours, qui intervient après les 18 premiers mois de mise en œuvre du programme, soir du 1er février 2022 au 31 juillet 2023, vise à :

  • Examiner la performance du programme, au regard des 6 critères CAD, du 1er février 2022 au 31 juillet 2023 ;
  • Identifier les premières leçons apprises et bonnes pratiques ;
  • Identifier les synergies effectives et formuler les recommandations en matière de renforcement des synergies au sein du Consortium ;
  • Identifier les ajustements nécessaires et les recommandations à la réussite du programme.

L’évaluation finale, qui se déroulera à l’issue du programme, vise à :

  • Analyser la performance du programme, au regard des 6 critères CAD, du 1er février au 31 janvier 2025 ;
  • Identifier les leçons apprises et bonnes pratiques ;
  • Évaluer la mise en œuvre des recommandations établies à mi-parcours ;
  • Proposer des recommandations pour de futures interventions. L’évaluateur devra fournir les éléments de preuves expliquant les analyses et les liens de cause à effet. Les recommandations doivent encourager la responsabilisation, la prise de décisions et l’apprentissage.

Critères et questions de l’évaluation

L’évaluation se fera suivant les critères du Comité d’Aide Au Développement (CAD) repris ci-dessous. Les questions sont libellées dans le tableau suivant:

Critères d’évaluation

Questions d’évaluation générales

Questions d’évaluation spécifiques

Pertinence

L’intervention est-elle une réponse adéquate aux priorités du secteur de la justice de la RDC ?

Comment le projet est-il en train de répondre aux priorités identifiées lors de l’élaboration du PARJ2?

Et quels ajustements semblent nécessaires pour mieux y répondre ?

Efficacité

Les réalisations du projet du consortium d’ONG dans le cadre du PARJ 2 ont-elles atteint les objectifs planifiés ?

Quels sont les premiers effets du projet sur les acteurs étatiques, organisations de la société civile et bénéficiaires d’activités relatives à l’aide légale, la détention préventive illégale et abusive, la lutte contre les crimes internationaux, la lutte contre la corruption, et aux MARC ?

Quels sont les facteurs favorisant ou contraignant la mise en œuvre des activités et l’atteinte des résultats ?

Cohérence

Le programme agit-il de façon complémentaire avec les autres initiatives en cours ?

 

Le programme est-il complémentaire avec d’autres projets et programmes mis en œuvre par le consortium et ses partenaires ?

Le programme est-il cohérent avec d’autres interventions des parties prenantes du PARJ 2 ?

Efficience

Les ressources allouées au projet sont-elles suffisantes et utilisées de manière optimale ?

La gestion du projet telle qu’elle est mise en place (ressources humaines, partage des rôles et responsabilités, organigramme, interactions, arbitrages financiers en lien avec les choix stratégiques), a-t-elle été optimale pour atteindre les résultats ?

Durabilité

Les bénéfices pourront-ils continuer après l’intervention ?

Quel est le niveau d’engagement des parties prenantes dans le projet, et comment l’améliorer ?

Le programme prévoit-il des actions pour assurer la continuité de ses acquis à la sortie ?

 

Impact

 

Comment la situation change-t-elle grâce au programme ?

Quelles sont les éléments montrant que le programme est en train de changer la situation de départ telle que décrite dans le document de programme ?

 

Lors de la première réunion de cadrage, le Comité de direction du Consortium partagera avec l’équipe de consultance les éléments spécifiques du programme qui nécessiteront une attention particulière dans le cadre de l’évaluation à mi-parcours. Le programme étant vaste, il s’agit en effet de cibler des éléments d’intérêt pour la continuité du programme sur sa deuxième période de mise en œuvre.

Aspects transversaux

L’évaluation inclura les aspects transversaux suivants et proposera une analyse de leur prise en compte dans les différentes composantes du programme.

L’approche fondée sur les droits veille à identifier, renforcer dans leurs capacités et autonomiser les groupes en situation de vulnérabilité accrue qui, mieux informés, sont plus à mêmes de faire reconnaître leurs droits par les acteurs institutionnels détenteurs d'obligations. Ces derniers sont parallèlement appuyés et renforcés pour exécuter leur mission de service public de façon à mieux répondre aux besoins de tous les justiciables.

Egalité des genres : l'égalité des genres se veut intégrée, tout en s’assurant que l'Action contribue à réduire les discriminations basées sur le genre notamment en termes d'accès à la justice et de services délivrés. Les femmes devraient être inclues de façon transversale dans l'Action, en tant que groupe cible bénéficiant prioritairement de certaines activités, ce qui se manifestera également par la production de données désagrégées par genre au niveau des indicateurs. Le produit relatif aux MARC s'attache spécifiquement à promouvoir des pratiques de résolution de conflits plus respectueuses de l'égalité et des droits des femmes.

Sensibilité aux conflits : une analyse des conflits est menée en continu pour disposer d’une compréhension profonde des dynamiques de conflits dans les zones d’intervention et adopter des stratégies opérationnelles efficaces visant à appuyer des voies de paix durable et à ne pas nuire aux bénéficiaires de l’Action.

Orientation méthodologique de l’évaluation

La méthodologie de l’évaluation proposée par le consultant dans son offre, sera développée dans le rapport de démarrage pour tenir compte des inputs des membres du Consortium et des partenaires de mise en œuvre. Dans son offre méthodologique, l’évaluateur veillera à proposer des méthodes de collecte et triangulation des données qui permettront de prendre en compte les avis des différents acteurs, parties prenantes et bénéficiaires du programme (partenaires internationaux, partenaires locaux, entités gouvernementales, justiciables). A cette fin, il est attendu que l’évaluateur propose une méthodologie et planifications qui incluent : (1) un travail d’analyse des documents et données de suivi collectées dans le cadre du programme, (2) un travail d’enquête sur le terrain (minimum 3 semaines), avec un mix de méthodes de collecte qualitatives et quantitatives (sur base d’un échantillonnage à établir par l’évaluateur) qui lui permettent de corroborer ses premières analyses en collectant les avis de l’ensemble des populations cibles, parties prenantes du programme. A cette fin, il est attendu que l’évaluateur/ équipe d’évaluation s’organisent de façon à visiter les différents terrains d’intervention du programme. Les méthodes de collecte pourront être adaptées en fonction de la zone et du type d’intervention.

Cette méthodologie sera évaluée par rapport aux questions de l’évaluation validées. Les reformulations des questions de l’évaluation seront discutées dans la réunion de cadrage.

La période prévisionnelle pour la réalisation de l’évaluation intermédiaire est estimée à 45 jours.

La période prévisionnelle pour la réalisation de l’évaluation finale est estimée à 60 jours.

Livrables des évaluations

Les livrables suivants sont attendus :

Le rapport de démarrage : il contient la méthodologie détaillée, les outils de collecte des données, l’emploi de temps et le plan du rapport d’évaluation. Il est soumis à la validation du comité de direction.

Le rapport provisoire : il s’agit du rapport contenant les résultats de l’évaluation et un résumé exécutif, soumis à la validation du comité de direction.

Le rapport final : le rapport incluant les observations de la session de validation et la mise en forme définitive.

Par ailleurs des réunions de suivi seront aussi prévues en cours de consultance pour s’assurer que les orientations initiales sont continuellement prises en compte.

Liste des données disponibles

  • Les documents du programme et les fichiers connexes ;
  • Le suivi budgétaire et les rapports financiers ;
  • Les plans d’activités ;
  • Le plan de suivi et évaluation ;
  • Les rapports trimestriels des partenaires validés et les rapports trimestriels consolidés sur le programme ;
  • Le rapport annuel de la première année ;

Les rapports des réunions des organes de coordination du consortium

Détails de l'annonce

Organisation : Médecins du Monde - Dokters van de Wereld
Site web : https://www.medecinsdumonde.be
Lieu de l'emploi : Mboko (Sud Kivu) /
Type d'emploi : Contrat à durée déterminée
Type de contrat : Temps plein
Fonction : Coordination
Date de publication : 31/05/2023
Date limite : 09/06/2023

Profil

Profil international

Etudes / formation et Expérience

  • Diplôme de Médecine ou paramédical  
  • Une Maîtrise en Epidémiologie, santé publique, médecine tropicale, santé communautaire, ou santé de la reproduction (ou équivalents)
  • La formation (diplôme ou master) en santé communautaire est un atout 
  • Au moins 3 ans d’expérience clinique
  • Au moins 3 ans d’expérience professionnelle dans la mise en œuvre des projets d’urgence humanitaires et ou développement
  • Expériences dans la gestion des projets, la SSR et la nutrition sont des atouts importants
  • Expérience dans la gestion de la pharmacie (est un atout)

Compétences et qualités requises

  • Maîtrise du français, connaissance du swahili et autres langues parlées dans le sud Kivu est un atout
  • Informatique : Maîtrise du package MS Office + Logiciel EPI info ou autre logiciel d'analyse statistique est un plus
  • Les capacités d'analyse et de rédaction, de proposer des stratégies ou approches innovantes, de gestion de projet, sont des atouts.
  • Autonomie, rigueur scientifique, bonne aptitude de rédaction des rapports et Compte rendus, diplomatie, sens du dialogue et de la négociation, bonne gestion du stress, capacité d'adaptation au mode de fonctionnement des ONG, capacité de travail en équipe

Description

QUI SOMMES NOUS

Médecins du Monde est une ONG internationale de développement médical faisant partie d'un réseau international. Nous fournissons une assistance médicale aux groupes vulnérables, en Belgique et dans le reste du monde.
Nous voulons une couverture universelle de santé où chaque personne a accès aux soins, sans obstacles.

En Belgique et dans le monde, nos projets se destinent à toutes les personnes qui n'ont pas ou plus d'accès aux soins de santé. En particulier, ils se structurent en cinq axes : les personnes en marge de la société, les enfants en situation de vulnérabilité, les femmes, les personnes migrantes ou déplacées et les victimes de crises ou de conflits.

Pour mener à bien notre mission, nous nous basons sur trois piliers : 

  • Soigner : donner un réel accès aux soins aux populations.
  • Changer : plus qu'aider, nous voulons changer les choses à long terme.
  • Témoigner : nous ne restons pas silencieux. Grâce à notre expérience et notre présence sur le terrain, nous interpellons les pouvoirs (locaux, régionaux et (inter)nationaux) avec des faits, des chiffres et des réalités.

Nos projets suivent une série de valeurs communes à toute notre organisation : Justice sociale, Empowerment, Indépendance, Engagement, Equilibre.

CONTEXTE

À l’est de la République Démocratique du Congo (RDC), suite au conflit chronique qui y sévit depuis plusieurs décennies, l’accès aux soins est grièvement entravé, soit par un manque de structures, les distances à parcourir pour atteindre les soins, ou encore l’accès limité dû aux violences.

Fin 2021 la nombre de déplacés internes en RDC était estimé à près de 5.6 millions de personnes, dont la majorité dans les trois provinces du Sud-Kivu, Nord-Kivu et l’Ituri. La moitié sont des femmes, et la santé des femmes est un enjeu majeur. Outre le manque général d’accès aux soins, les femmes et les filles sont également victimes de la banalisation du viol dans la société.

C'est pourquoi Médecins du Monde est présente sur place depuis plusieurs années.

Au Sud-Kivu, nous intervenons sur un programme de Santé et Droits sexuels Reproductifs à Bukavu et à Uvira. Dans les territoires de Kabare et de Kalehe, nous implémentons une approche « One Health » qui vise la coordination des acteurs de la santé humaine, animale et de l’environnement.

Par ailleurs, MdM BE exécute un projet d’intervention multisectorielle au profit des personnes vulnérables et affectées par les conflits dans les zones de santé d’Itombwe et de Minembwe.

L’ESSENTIEL

Les objectifs du poste sont :

  • Participer à la définition, la planification et le suivi des activités santé conformément au plan de travail du projet,
  • Coordonner les ressources humaines et matérielles nécessaires afin de garantir la qualité des soins médicaux dispensés dans les structures appuyées par le projet.

Sous la supervision du Coordinateur/trice de consortium, le Référent Santé Terrain est chargé du suivi de la mise en œuvre des activités médicales du projet. Il s'assure de la qualité de la prise en charge médicale offerte à la population cible et des autres actions à entreprendre pour améliorer l'état de santé général et les conditions de vie de la population, conformément aux normes et valeurs de MdM BE, aux procédures du bailleur de fonds ainsi qu'aux protocoles nationaux du ministère de la santé. Il (elle) contribue à l’identification des besoins et la proposition des activités de santé pertinentes lors de la formulation/recadrage éventuel des projets dans sa zone d’intervention. Il (elle) participe au mécanisme de suivi et évaluation et s’assure de la promptitude et de la qualité des données du volet médical du projet. Il est responsable de la mise en œuvre d’un plan de suivi et reportage des activités du projet ainsi que à la capitalisation des activités du domaine santé du projet.

TÂCHES ET RESPONSABILITES

Suivi du Contexte Sanitaire dans sa zone de couverture

  • Avec le Coordonnateur Santé et le Coordinateur du consortium : participe à l’évaluation et au suivi de la situation sanitaire locale.
  • Avec le Coordonnateur Santé et le Coordonnateur MEAL participe à des missions d’évaluation des besoins sur terrain pour la définition des priorités (volet santé)

Représentation et Coordination Externe

  • Assure des contacts réguliers avec le BCZS, les autres intervenants locaux et partenaires sur terrain ;
  • Sur demande du Coordinateur du Consortium assure pour MDM-BE la représentation locale (presse et autres forums exclus), les négociations, la coordination avec les institutions, autorités et partenaires sanitaires locaux, ainsi qu’auprès des autres organisations nationales et internationales présentes qui travaillent dans le domaine sanitaire dans la zone d’intervention
  • Participe à l’élaboration, la rédaction et le suivi des protocoles d’accord avec le BCZS
  • Rend compte des réunions auxquelles Il. Elle participe

Planification, coordination et supervision des activités santé du projet

  • Participe à la planification des activités du volet santé conformément aux objectifs et plan de travail du projet, Cela implique de planifier les activités de santé en fonction des besoins du projet, de coordonner les activités avec les autres services du projet conformément aux procédures établies.
  • Participe activement à la préparation et accompagnement des missions d’appui, de supervision, de suivi ou d’évaluation du projet (Supervisions formatives conjointes, évaluations mi-parcours, finales)

Appui Technique Sanitaire et Encadrement du Personnel Sanitaire

  • Contribue à la définition des objectifs de son équipe et élabore un plan d’action individuel pour chaque membre de l’équipe sous sa supervision ;
  • Veille à une bonne communication et collaboration entre les autres membres de son équipe les autres départements de MdM, les équipes des structures appuyées, ainsi que les membres des communautés bénéficiaires ;
  • Conduit/contribue à la réalisation des évaluations périodiques des membres de son équipe.
  • Contribue au développement des compétences de ses collaborateurs.
  • Apporte des suggestions et participe à la validation des différents outils de travail pour le volet sanitaire mis en place dans les programmes (grilles de supervision, manuels de formations, protocoles de prise en charge, outils de surveillance, planification, monitoring, évaluation etc.).
  • Veille à l’implication des autorités sanitaires du BCZ/DPS dans les processus d’identification des protocoles, formations, supervisions des formations sanitaires appuyées par le projet en vue de garantir l’accessibilité et qualité des services offerts.

Gestion des Médicaments

  • Accompagner le pharmacien du projet dans la gestion efficiente de la pharmacie sur le terrain, et contribue au suivi de la consommation et la préparation des commandes de médicaments afin d’éviter les ruptures de stock
  • S’assure du suivi de la prescription rationnelle des médicaments et du strict respect des protocoles de pris en charge des maladies de l’enfant, autres protocoles et documents normatifs du ministère de la santé en vigueur.

Documentation, Reporting, Capitalisation, Plaidoyer Médical

  • Assure la collecte des données médicales, leur analyse et leur communication aux différentes sections de la coordination santé, afin de garantir le suivi adéquat du projet.
  • Participe à la rédaction des rapports internes et externes (notamment pour les bailleurs), à la demande de la coordination, alimenter avec les données terrain la proposition des propositions de projets,
  • Participe à la documentation et à la capitalisation des activités médicales et leçons apprises du projet auquel il est affecté

NOUS OFFRONS (Profil national et international)

  • Contrat à durée déterminée (CDD) 12 mois (renouvelable sous réserve de financements)
  • Un cadre de travail dynamique et international avec un soutien rapproché depuis le siège de MdM-BE à Bruxelles ;
  • Une mission de terrain au cœur des activités de Médecins du Monde ;
  • Lieu de mission : Mboko (Sud Kivu)
  • Prise de poste : 01/07/2023
  • Conditions salariales : CDD (5 années d’expérience) 3103,15 € Brut (10 années d’expérience) 3261,44 €. Perdiem 635 €.

INTERESSE(E) ?

Merci d’adresser votre candidature sans tarder en utilisant le formulaire de candidature approprié, avant le 09/06/2023.

Nous nous réservons la possibilité de finaliser un recrutement avant la date de clôture de réception des candidatures.

Médecins du Monde s’engage pour les personnes en situation de handicap et lutte contre toutes les discriminations.

Nous vous informons que les données vous concernant sont informatisées, elles seront traitées de façon confidentielle.

Dans le cadre de la présente candidature, vos données sont conservées pour une durée de 6 mois.

Seules les personnes habilitées par notre Charte de confidentialité Générale pourront accéder à vos données à des fins strictement internes.

Détails de l'annonce

Organisation : Médecins du Monde - Dokters van de Wereld
Site web : https://www.medecinsdumonde.be
Lieu de l'emploi : Kabare, Sud Kivu /
Type d'emploi : Contrat à durée déterminée
Type de contrat : Temps plein
Fonction : Coordination
Date de publication : 31/05/2023
Date limite : 07/06/2023

Profil

Etudes / formation et Expérience

  • Master en : santé publique, sciences biomédicales, sciences sociales…
  • Formation en santé publique ou en politique de la santé est requise
  • Formation ou spécialisation sur l’approche One Health est requise
  • Expérience professionnelle en Afrique sur la thématique est un atout
  • Une expérience dans le milieu académique et en recherche qualitative sont des atouts.

Compétences et qualités requises

  • Des compétences en gestion de projet sont requises
  • Informatique : maîtrise du package Office (logiciel d’analyse de données est un plus)
  • Langue : maîtrise du français , excellent niveau de communication écrit ou oral en anglais est un atout majeur
  • Capacités rédactionnelles (académiques est un plus)
  • Communication efficace et efficiente avec autrui

Description

QUI SOMMES NOUS ?

Médecins du Monde est une ONG internationale de développement médical faisant partie d'un réseau international. Nous fournissons une assistance médicale aux groupes vulnérables, en Belgique et dans le reste du monde.
Nous voulons une couverture universelle de santé où chaque personne a accès aux soins, sans obstacles.

En Belgique et dans le monde, nos projets se destinent à toutes les personnes qui n'ont pas ou plus d'accès aux soins de santé. En particulier, ils se structurent en cinq axes : les personnes en marge de la société, les enfants en situation de vulnérabilité, les femmes, les personnes migrantes ou déplacées et les victimes de crises ou de conflits.

Pour mener à bien notre mission, nous nous basons sur trois piliers : 

  • Soigner : donner un réel accès aux soins aux populations.
  • Changer : plus qu'aider, nous voulons changer les choses à long terme.
  • Témoigner : nous ne restons pas silencieux. Grâce à notre expérience et notre présence sur le terrain, nous interpellons les pouvoirs (locaux, régionaux et (inter)nationaux) avec des faits, des chiffres et des réalités.

Nos projets suivent une série de valeurs communes à toute notre organisation : Justice sociale, Empowerment, Indépendance, Engagement, Equilibre.

CONTEXTE

À l’est de la République Démocratique du Congo (RDC), suite au conflit chronique qui y sévit depuis plusieurs décennies, l’accès aux soins est grièvement entravé, soit par un manque de structures, les distances à parcourir pour atteindre les soins, ou encore l’accès coupé dû aux violences. Fin 2021 la nombre de déplacés internes en RDC était estimé à près de 5.6 millions de personnes, dont la majorité dans les trois provinces du Sud-Kivu, Nord-Kivu et l’Ituri. La moitié sont des femmes, et la santé des femmes est un enjeu majeur. Outre le manque général d’accès aux soins, les femmes et les filles sont également victimes de la banalisation du viol dans la société.

MdM-Be intervient dans les Soins et Droits de Santé Reproductive à Uvira et Bukavu et dans les Hauts Plateaux du Sud-Kivu (Itombwe/ Minembwe) sur des programmes d’accès aux soins de santé primaire. La thématique des violences basées sur le genre fait intégralement partie de ces interventions. A Kabare nous avons également un projet One Health. L’approche communautaire est intégrée dans tous nos projets.

L’approche "One Health" : à travers une coordination des acteurs de la santé humaine, animale et de l’environnement, et une mobilisation des communautés locales, cette approche vise à prévenir, détecter et organiser une réponse multisectorielle contre les risques sanitaires, la résistance aux antimicrobiens, les maladies zoonotiques et les événements environnementaux.

TÂCHES ET RESPONSABILITES

En tant que Coordinateur de projet One Health, vous êtes responsables des projets (de la gestion des budgets, de la sécurité, des opérations et des équipes) et de la représentation externe avec les autorités locales, et les partenaires techniques et financier. Vous garantissez la mise en œuvre de la stratégie opérationnelle de MdM au niveau des projets One Health dont vous êtes responsable..

En tant que Responsable de projets ;

Coordonner l’ensemble des activités des projets via une utilisation efficiente des ressources et dans le respect des procédures internes/bailleur afin de garantir le déroulement optimal des activités en lien avec la stratégie opérationnelle MdM

Exemples de tâches :

  • Coordination et développement de programme
  • Suivi du projet de recherche
  • Communication interne
  • Représentation
  • Sécurité

En tant que Responsable d’équipe ;

  • Coordonner le travail et les tâches des différents collaborateurs sous votre responsabilité directe afin de garantir un cadre de travail optimal en fonction des moyens et priorités de la mission

Exemples de tâches :

  • S'assurer que les procédures administratives (congés, absences.) sont respectées par les membre de l’équipe.
  •  Identifier les besoins en ressources humaines et participer au processus de recrutement
  • Encadrer les membres de l’équipe; fixer les objectifs individuels, effectuer les évaluations, organiser les back-up en cas de congé, absence, en collaboration avec le Coordinateur RH prendre les mesures disciplinaires

Ces responsabilités seront mises en œuvre de façon spécifique et transversale sur base du plan d’action individuel annuel établi en collaboration entre le responsable et le titulaire du poste en question.

Les activités peuvent être amenées à évoluer en fonction du contexte.

NOUS OFFRONS

  • Contrat expatrié à durée déterminée (CDD) 06 mois (renouvelable sous réserve de financements)
  • Conditions salariales : (5 années d’expérience) 3103,15 € brut ; (10 années d’expérience) 3261,44 € brut. Perdiem 635 €.Un cadre de travail dynamique et international avec un soutien rapproché depuis le siège de MdM-BE à Bruxelles ;
  • Une mission de terrain au cœur des activités de Médecins du Monde ;
  • Lieu de mission : Kabare, Sud Kivu
  • Prise de poste : ASAP 15

INTERESSE(E) ?

Merci d’adresser votre candidature sans tarder en utilisant le formulaire de candidature approprié, avant le 07/06/2023.

Nous nous réservons la possibilité de finaliser un recrutement avant la date de clôture de réception des candidatures.

Médecins du Monde s’engage pour les personnes en situation de handicap et lutte contre toutes les discriminations.

Nous vous informons que les données vous concernant sont informatisées, elles seront traitées de façon confidentielle.

Dans le cadre de la présente candidature, vos données sont conservées pour une durée de 6 mois.

Seules les personnes habilitées par notre Charte de confidentialité Générale pourront accéder à vos données à des fins strictement internes.

Détails de l'annonce

Organisation : RCN Justice & Démocratie
Site web : https://www.rcn-ong.be
Lieu de l'emploi : Kinshasa /
Fichier : PDF icon 202305_coordo_consortium_parjii.pdf
Type d'emploi : Contrat à durée déterminée
Type de contrat : Temps plein
Fonction : Coordination
Date de publication : 11/05/2023
Date limite : 04/06/2023

Profil

Savoir

Diplôme universitaire en droit /sciences politiques /sciences sociales/ gestion de projets de développement (minimum 5 années validées au niveau universitaire).

Savoir-faire

  • Expérience professionnelle confirmée dans le même type de poste dont minimum 2 ans en coopération au développement en situation d’expatriation - obligatoire ;
  • Maîtrise du cycle de projet et de la gestion axée sur les résultats avec des compétences avérées en matière de suivi/évaluation de projets - obligatoire ;
  • Connaissance des enjeux de la justice dans les pays fragiles (corruption, justice informelle, crimes internationaux, détention…), la sensibilité à une approche sociologique et/ou anthropologique étant un atout ;
  • Maitrise des logiques budgets d’un projet subventionné par un bailleur institutionnel ;
  • Français lu/écrit/parlé obligatoire ;
  • Expérience avérée dans l’écriture de rapports bailleur de qualité;
  • Capacités d’analyse politique, de conceptualisation ;
  • Une expérience préalable en RDC est un atout.

Savoir-être

  • Esprit de synthèse ;
  • Approche transversale du management, polyvalence et orienté résultats ;
  • Autonomie ;
  • Capacité à fédérer des équipes ;
  • Fluidité dans les relations humaines, sens de la relation institutionnelle et de la diplomatie ;
  • Dynamisme et engagement ;
  • Curiosité et ouverture d’esprit à l’égard des cultures du pays ;
  • Aisance rédactionnelle ;
  • Capacité à travailler en situation de stress.

Durée: RCN Justice & Démocratie propose un contrat à durée déterminée de 1 an (renouvelable).

Quand : Prise de poste souhaitée le plus rapidement possible (briefing du siège de Bruxelles en présentiel ou à distance). Lieu : Kinshasa, RDC, avec fréquents déplacements dans le pays.

Conditions : salaire compétitif pour le secteur + prise en charge globale (billet d’avion, indemnité de logement, assurances, mise à disposition d’un véhicule…) – poste non accompagné (pas de prise en charge de la famille)

 

Dossier de candidature

Une lettre de motivation et un CV doivent être adressés en français pour le 4 juin 2023 au plus tard par email à l’adresse job@rcn-ong.be, en mentionnant «Coordo RDC PARJ II» dans l’objet du mail. Il est demandé aux candidat.e.s de mentionner leurs disponibilités dans la lettre de motivation. Des informations sur RCN Justice et Démocratie sont accessibles sur le site www.rcn-ong.be Attention : Seuls les candidat.e.s retenu.e.s pour entretiens seront contacté.e.s.

 

Description

RCN J&D est une ONG belge qui mène depuis 1994 des projets de reconstruction de l’Etat de droit dans différents pays en transition ou en développement. L’organisation identifie le renforcement des principes et mécanismes de la justice comme vecteur essentiel pour le développement et la paix durables. Ses actions de soutien à la reconstruction du système judiciaire s’adressent tant aux opérateurs institutionnels qu’à la société civile. RCN J&D intervient actuellement en RDC, au Rwanda, au Burundi, au Burkina Faso, en Belgique et au Maroc (www.rcn-ong.be). Dans le cadre du programme PARJ II (Programme d’appui à Réforme de la Justice 2ème phase) 2022-2024, financé par l’Union Européenne sur base du 11ème FED, le Consortium constitué par RCN J&D (lead), ASF Belgique et TRIAL International, met en œuvre un projet ayant les objectifs suivants :

  • OS1: l’accès au droit et à une justice de qualité pour tous est amélioré
  • OS2: la lutte contre l’impunité et la protection des droits humains sont renforcées
  • OS3: la lutte contre la corruption est renforcée.

Les actions du consortium sont mises en œuvre dans 4 zones : Kinshasa (Kinshasa avec des activités terrain et des activités centrales), Mbandaka (Equateur), Bunia (Ituri) et Tshikapa (Kasaï). Dans l’optique de garantir la bonne poursuite de l’exécution du PARJ II, le Consortium recherche une/un Coordonnatrice-teur du Programme qui travaillera sous la supervision hiérarchique de RCN J&D, et sous supervision fonctionnelle du comité de direction du Consortium formé entre RCN J&D, ASF et TRIAL International.

Responsabilités 

La.e Coordonnatrice-teur du Consortium est en charge, sous la responsabilité du comité de direction, du pilotage du programme PARJII dans son ensemble et notamment de la coordination des activités des partenaires, d’une dynamique partenariale efficiente et de la représentation officielle du Consortium. A cet effet, elle/il a pour responsabilités spécifiques :

  • Établir et assurer le respect des normes de qualité du programme pour garantir que les activités du Consortium sont mises en œuvre selon les délais, le contrat bailleur et les plans convenus ;
  • Assurer le suivi et la mise à jour du plan de gouvernance du Consortium ;
  • Coordonner, en lien avec les ONG membres du Consortium, la planification globale, annuelle et trimestrielle de la mise en œuvre du programme et assurer sa cohérence ;
  • Coordonner le pilotage de la gestion des risques liés à la mise en œuvre du programme ;
  • Appuyer le Comité de Direction (stratégique) et animer les autres réunions programmatiques du Consortium pour la planification, le suivi de l’avancée du projet, l’identification des difficultés et la proposition de solutions ;
  • Récolter et partager toute information nécessaire et utile aux membres du Consortium dans l’avancée du PARJII (identification des synergies programmatiques, politiques, planification d’un plaidoyer politique commun au sein du Consortium et avec l’Assistance Technique UE + PARP III le cas échéant, partage des bonnes pratiques) ; favoriser la communication entre les partenaires ;
  • Conseiller le Consortium de toutes les opportunités pour accroître la « valeur ajoutée » découlant de l’approche du Consortium
  • Faire émerger et coordonner des activités communes entre les ONG membres du Consortium ;
  • Représenter le Consortium lors de rencontres régulières avec les acteurs suivants :

o Le bailleur pour toutes les questions de communication programmatique

o L’Assistance Technique du PARJ II et la DUE (pour la partie PARJ II Convention de financement en dehors de la subvention), ainsi que le COPIL PARJ II Subvention et COPIL PARJ II Convention de Financement

o Les maitres d’œuvre du PARP III (Programme police et sécurité, Enabel et COGINTA) des mêmes provinces

o Les organisations des Nations Unies (MONUSCO, BCNUDH et PNUD)

o Le Groupe Thématique Justice et Droits Humains (Gouvernement et PTF)

  • Assurer le reporting auprès du bailleur (consolidation des rapports narratifs et financiers sur base des rapports internes des ONG membres du Consortium en produisant une analyse qualitative des données de rapportage dans le respect des règles du bailleur, du contrat de subvention et du calendrier établi). S’assurer de la bonne qualité des rapports, narratifs et financiers, intermédiaires et finaux, et de leurs transmissions à temps par les membres du Consortium ;
  • Réaliser l’analyse budgétaire du programme et en partager les éléments pertinents et d’attention avec les ONG membres du Consortium ;
  • Coordonner et s’assurer de la qualité du M&E en établissant, en collaboration avec les équipes du Consortium, le plan de M&E global du programme, en le déclinant annuellement, et en contribuant directement à la validation des outils de M&E développés par le Consortium pour garantir l’atteinte des résultats. Le cas échéant, proposer des outils de M&E pour des indicateurs transversaux aux membres du Consortium.

Détails de l'annonce

Organisation : Handicap International Belgium
Site web : https://www.handicapinternational.be
Lieu de l'emploi : Kinshasa /
Type d'emploi : Contrat à durée déterminée
Type de contrat : Temps plein
Fonction : Direction
Date de publication : 19/04/2023
Date limite : 24/05/2023

Profil

Vous êtes titulaire d’un Master (Bac+5) dans les domaines de l’humanitaire, du développement ou autre domaine proche et pertinent (études internationales, droit, sciences po, ou études plus techniques en lien avec le projet, etc.)
•    Vous avez une expérience en tant que Directeur/rice Pays/Chef de mission en contexte de développement et/ou humanitaire
•    Vous avez au moins 2 ans d’expérience en coordination de projets humanitaire ou de développement dans une ONG internationale
•    Vous faites preuve de leadership : vous inspirez la confiance, vous savez motiver, prendre des décisions.
•    Vous êtes capable de diriger et d’animer des équipes multiculturelles et multisectorielles, en présentiel et à distance.
•    Vous maîtrisez la théorie et la pratique de la mise en œuvre d’actions d’urgence, de développement et de réduction de la violence armée
•    Vous écrivez et parlez couramment Français et Anglais.
•    Vous savez faire preuve d’organisation et d’anticipation.  
•    Vous êtes bienveillant, audacieux et diplomate.

Description

 

Lieu : Kinshasa, RDC                                     Date souhaitée de démarrage : 01/09/2023

Durée : 36 mois                                            Date limite dépôt de candidatures : 24/05/2023

Handicap International / Humanity & Inclusion (HI) est une association de solidarité internationale indépendante et impartiale, qui intervient dans les situations de pauvreté et d’exclusion, de conflits et de catastrophes. Œuvrant aux côtés des personnes handicapées et vulnérabilisées, elle agit et témoigne pour répondre à leurs besoins essentiels et améliorer leurs conditions de vie. Elle s’engage à promouvoir le respect de leur dignité et de leurs droits fondamentaux. Depuis sa création en 1982, HI a mis en place des programmes de développement dans plus de 59 pays et intervient dans de nombreuses situations d’urgence. Aujourd'hui, nous avons un budget d'environ 230 millions d'euros, avec 4755 employés dans le monde.

Chez Handicap International, nous croyons fermement en l'importance de l'inclusion et de la diversité au sein de notre structure. C'est pourquoi nous sommes engagés dans une politique handicap afin de favoriser l'accueil et l'intégration de personnes en situation de handicap.

Merci d’indiquer si vous avez besoin d’un aménagement particulier, y compris pour participer aux 1ers entretiens.

Retrouvez plus d’informations sur l’association : www.hi.org.

CONTEXTE :

En réponse aux besoins et dans le cadre de son expertise technique, HI intervient en RDC depuis 1995 dans de nombreux secteurs et est un acteur reconnu dans l’assistance humanitaire, de la gouvernance inclusive et de la promotion de l’inclusion dans les politiques et la réponse humanitaire nationales.

  • A Kinshasa sont mis en place des projets pluriannuels de développement sur les thématiques de la Réadaptation, de la Santé Maternelle et Infantile, l’Appui aux Associations et l’Education Inclusive. Depuis 2022, ces volets sont en synergie avec l’approche « Nurturing Care ».
  • Au Kasaï-Central, HI était initialement engagé dans des activités de relance économique à travers la formation professionnelle des personnes handicapées et l’appui à la mise en œuvre d’activités génératrices de revenu.  Depuis la crise de 2016-2018 « crise du Kaminua Nsapu », HI a orienté sa réponse principalement sur des projets d’aide alimentaire, et réhabilitation des infrastructures routières pour faciliter l’accès physique aux acteurs humanitaires. HI a également mis en œuvre un projet d’aide alimentaire en partenariat avec ACF, via l’appui à la production agricole locale. Ce projet mené avec l’appui de BHA, afin de renforcer la résilience des communautés locales s’est clôturé en fin février 2023. Au cours de l'année 2023, dans le cadre d’un consortium mené par Save the Children et  avec World Vision et d’autres organisations, HI comme partenaire notamment mettra en œuvre le projet SAGESSE (Strengthening for All Girls an Equal, Safe and Self-resilient Education) dans la province du Kasaï. 
  • Au Nord-Kivu, HI intervient actuellement en Santé Mentale et Soutien Psychosocial, en Protection, dans les territoires voisins de Goma et au Masisi. HI intervient également en support logistique aux acteurs humanitaires, via le stockage et la Réhabilitation d’infrastructures routières.

L’année 2023 sera consacrée à la poursuite du déploiement de la stratégie pluriannuelle du Programme RDC (2022-2024), avec des réflexions axées notamment sur les capacités de réponse d’urgence, le relèvement économique, et l’amélioration de l’accès aux soins et services de réadaptation en RDC.

Dans le cadre de la stratégie 2022-2024, compte tenu des enjeux opérationnels et du contexte local, l’amélioration du cadre de suivi et de redevabilité est une priorité haute.

VOTRE MISSION :

Sous la responsabilité du Geographic Director MAGRITTE vous contribuez à la mise en œuvre du mandat et de la stratégie à 10 ans d’Humanité & Inclusion.

En tant que Directeur/rice Pays vous êtes le/la représentant(e) légal(e) de l’ensemble de l’organisation HI en interne et en externe et promeut une réputation de haut niveau et une image positive de HI et dépendez de la direction géographique MAGRITTE basée à Bruxelles.

Avec l’équipe de Senior Management Team composé de 9 personnes vous avez la charge de mener à bien la mission sociale du programme actuellement composé de 102 personnes pour un volume de mission autour de 7 millions annuel.

Vos objectifs principaux seront de :

  • Suivre et d’analyser activement l’évolution du contexte, afin d’identifier les risques et les opportunités.
  • Veiller à la conformité avec son cadre budgétaire (y compris les fonds mutualisés) et les politiques et cadres de HI (sauvegarde, seuils d’engagement, sûreté, ressources humaines, gestion des risques, etc.)
  • Déployer le mandat complet de HI et la stratégie 2025 dans sa zone géographique aux côtés des partenaires opérationnels, des institutions et/ou des bailleurs,
  • Piloter la transformation organisationnelle conformément aux projets « Simplification », « Services partagés » et « ROOTS ». Cela passe par le développement et la mise en œuvre de la stratégie opérationnelle du programme.
  • En cas d’urgence, il endosse des responsabilités conformément au cadre d’intervention défini.

SPECIFICITES/PARTICULARITES DU POSTE :

Le poste est basé à Kinshasa (où HI intervient également), avec des mouvements réguliers sur les zones d’intervention, au Kasaï Central (bureau à Kananga) et au Nord Kivu (bureau à Goma)

Les conditions de vie sont bonnes à Kinshasa avec un certain nombre d’activités extra-professionnelles possibles. La petite criminalité est forte mais n’impacte pas le quotidien et les conditions de sécurité restent bonnes bien que la situation puisse rapidement évoluer en fonction du contexte politique, et notamment les élections présidentielles prévues en 2023, qui sont souvent sources de tensions en RDC. De nombreuses ONG internationales et agences Onusiennes sont implantées dans le pays avec des bureaux de représentation principalement à Kinshasa et Goma, et des bureaux opérationnels dans les provinces de l’Est. Des déplacements fréquents sur les autres bases de la mission sont à prévoir, ainsi que sur l’ensemble du territoire national selon les besoins.

A Kinshasa, les logements et les bureaux de HI sont confortables et modernes. Sur bases, les logements sont collectifs et hors de ces lieux le logement se fera dans des hôtels locaux selon la disponibilité. Les conditions de vie sont bonnes à Kinshasa et Goma, avec une variété de loisirs et la présence d’une forte communauté expatriée. Elles sont plus précaires à Kananga qui souffre d’un important isolement.

La sécurité reste une préoccupation importante à l’Est du Pays, et particulièrement au Nord Kivu et en Ituri, où les conflits sont permanents et avec des incidents sécuritaires qui concernent régulièrement les travailleurs humanitaires. Ces 2 provinces sont placées depuis le mois de mai 2021 en Etat de siège, ce qui signifie qu’elles sont administrées par des autorités militaires.

Au niveau sanitaire, la Covid-19 au niveau sanitaire a peu impacté la RDC. Il faut par ailleurs noter que les provinces à l’Est restent endémiques du choléra et de la fièvre Hémorragique Ebola.

CONDITIONS:

Chez HI, les conditions de départ sont à la hauteur de votre engagement et adaptées au contexte de votre mission. Une attention particulière est portée aux questions de santé et à votre situation personnelle :  https://hi.org/fr/travailler-chez-hi

Pour connaître notre parcours d’intégration et de formation, et notre politique de mobilité, cliquez ici : https://hi.org/fr/integration-developpement-des-competences-

  • Contrat International de 36 mois à compter idéalement du mois de septembre 2023
  • Le contrat international permet une couverture sociale adaptée aux besoins de chacun
    • Assurance chômage prélevée uniquement pour les ressortissants de l’UE
    • Assurance retraite
    • Couverture santé, rapatriement, prévoyance prises en charge par HI et par l’employé
  • Salaire : à partir de 3’800 € brut/mois selon expérience professionnelle 
  • Perdiem : 924,40 € net/mois – versé en monnaie locale sur le terrain
  • Congés payés : 25 jours par an ; R&R : selon niveau de la mission Niveau 1 : 1 jour par mois
  • Poste :  ouvert aux familles: package familial
      • Une allocation enfant de 100 € versée à partir de 2 enfants à charge
      • Participation aux frais d’inscription pour l’école des enfants de plus de 3 ans 
      • Couverture santé pour l’ensemble de la famille
      • Prise en charge des frais de transport, de visas et de transport de vos effets personnels
  • Logement : individuel pris en charge par HI

POSTULER :

Uniquement en ligne en joignant CV et Lettre de motivation via le lien suivant :

  • http://www.jobs.net/j/JZPgvHpy?idpartenaire=142

Seules les candidatures retenues seront contactées.

Détails de l'annonce

Organisation : RCN Justice & Démocratie
Site web : https://www.rcn-ong.be
Lieu de l'emploi : Kinshasa /
Fichier : PDF icon 20230414_ao_strategie_nationale_lutte_corruption_vout.pdf
Type d'emploi : Autre
Type de contrat : Temps plein
Fonction : Expertise/recherche
Date de publication : 19/04/2023
Date limite : 15/05/2023

Profil

 Profil recherché

 L’équipe de consultance aura les compétences suivantes :

  • Diplôme de troisième cycle (Doctorat ou Master de recherche) en droit et /ou sociologie, sciences politiques ou en anthropologie ou expérience équivalente ;
  • Justifier d’une expérience professionnelle de dix ans au moins dans le domaine de la coopération dans les Etats fragiles/ en développement ;
  • Bonne connaissance des mécanismes et des pratiques corruptives dans les Etats fragiles ;
  • Expérience avérée en matière de recherche et analyse dans le secteur de la justice ;
  • Expérience avérée dans la réalisation ou la contribution à des stratégies nationales dans le secteur de la justice est un atout ; - Expérience avérée dans le domaine de la réforme judiciaire dans les Etats fragiles est un atout ;
  • Connaissance de la région des Grands Lacs et du contexte politique et juridique de la RDC est un atout ;
  • Excellentes capacités rédactionnelles en français ;
  • Une bonne connaissance des langues nationales est un avantage ;
  • Être disponible sur toute la durée de l’étude.

Dossier de candidature

Le dossier de candidature sera composé de :

  • Les CV des membres de l’équipe détaillant notamment les missions similaires, l’expertise et les aptitudes liées à cette mission
  • Une offre technique détaillée
  • Une offre financière qui prendra en compte en le détaillant l’ensemble de coûts (y compris les charges fiscales) liés à la mission et indiquera le prix total proposé
  • Trois références professionnelles incluant noms, prénoms, fonctions au moment de la collaboration, emails et contacts téléphoniques
  • Un extrait d’études empiriques similaires menées en Afrique subsaharienne. Les offres seront évaluées sur base d’une analyse cumulative des Curriculum vitae, l’offre technique, l’offre financière et de l’expérience antérieure.

Comment candidater ?

Les différents éléments constitutifs du dossier à soumettre sont à envoyer au plus tard le 15 mai 2023 à 17h00 (heure de Kinshasa) uniquement par courrier électronique et en fichiers PDF à l’adresse suivante : ao@rcn-rdc.org avec comme objet PARJ2/STRATEGIE CORRUPTION /RCN2023

Seules les candidatures présélectionnées seront contactées

Description

Contexte et justification

RCN Justice & Démocratie (RCN J&D) est une organisation non-gouvernementale belge. Sa mission consiste à promouvoir et appuyer une justice de proximité et une justice transitionnelle, ainsi que des pratiques démocratiques dans des sociétés et Etats en transition ou en développement. En République Démocratique du Congo (RDC) depuis 2001, RCN J&D met en œuvre des programmes de soutien aux acteurs judiciaires et membres de la société civile dans le but de promouvoir une justice accessible, répondant aux besoins des justiciables.

Dans le cadre du deuxième Programme d’appui à la réforme de la justice (PARJ2), financé par l’Union européenne et cofinancé par le Coopération belge au développement (DGD), RCN J&D met en œuvre le produit suivant : « le cadre normatif et la stratégie de lutte contre la corruption sont consolidés par divers apports techniques », qui prévoit l’élaboration et l’adoption d’une stratégie sectorielle nationale de lutte contre la corruption dans le secteur de la justice D’après la Banque Mondiale, la corruption peut être définie comme « l’abus d’une fonction publique pour un profit personnel »  et constitue un frein essentiel au développement économique et à l’instauration d’un Etat de droit.

La corruption en RDC est un phénomène de grande ampleur, comme en atteste l’indice de perception de la corruption de Transparency International, qui a classé en 2020 la RDC au 170e rang sur un total de 180 pays. Même si l’indice de perception de la corruption de 2022 atteste d’un progrès de deux rangs par rapport à 2021, la RDC figure encore parmi les 15 pays où il y a le plus de corruption.3 Le secteur judiciaire n’est pas épargné par ces dynamiques de corruption, lesquelles sont présentes à tous les niveaux du système judiciaire, dans tous les corps de métiers et limitent très sensiblement l’impact de ses actions. Le système judiciaire est perçu pour cette raison avec défiance de la part de la population qui considère la justice étatique comme imprévisible et prédatrice, à l’opposé de sa mission de sécurisation juridique et de l’idéal d’égalité devant la loi qu’elle devrait incarner.

Au-delà de la grande corruption, ce sont des pratiques de petite corruption auxquelles le justiciable est confronté au quotidien dans son contact avec les services de justice : facturation de services gratuits, frais de justice fantaisistes ou excessifs, pots-de-vin payés aux acteurs judiciaires pour faire avancer une procédure, obtenir une décision dans le sens souhaité, cautions et amendes transactionnelles détournées de leur fonction pour ne pas être reversées au Trésor Public. Quant à la grande corruption, il apparaît qu’elle ne pourra être adressée et sanctionnée que par une justice fonctionnelle, intègre et indépendante, elle-même débarrassée des pratiques de corruption existant en son sein.

Sur le plan international, la RDC a adhéré à la Convention des Nations Unies contre la Corruption (CNUC). Au niveau national, des normes juridiques et divers mécanismes ont été mis en place , dotant la RDC d’un arsenal juridique globalement adapté pour lutter contre la corruption. Alors que le Président Felix Antoine Tshisekedi a fait de la lutte contre la corruption une priorité de son mandat et que le Premier Ministre, Sama Lukonde, rappelait en avril 2021 dans la présentation du programme de son premier gouvernement à l’Assemblée Nationale qu’une « lutte sans merci sera engagée contre la corruption, la concussion, la facilitation de la délinquance fiscale, le déni de justice, la lenteur injustifiée dans les procédures judiciaires ». Ceci exprime un signal politique fort pour s’attaquer à l’impunité en matière de corruption, y compris au sein de l’appareil judiciaire, et offrir diverses perspectives d’action.

L’intervention de RCN J&D s’inscrit dans la Politique Nationale de la Réforme de la Justice (PNRJ) 2017-2026, et plus spécifiquement l’axe 4 qui s’engage à garantir une justice fondée sur le respect de la dignité humaine et le résultat 14 par lequel les autorités congolaises s’engagent à renforcer la lutte contre la corruption. Les mesures envisagées par la PNRJ sont de nature stratégique et institutionnelle : i) valider et consolider une stratégie nationale de lutte contre la corruption ; ii) accélérer le processus d’adoption de la loi anti-corruption ; iii) le renforcement des institutions œuvrant dans le domaine de la lutte contre la corruption ; iv) finaliser le processus d’auto-évaluation de l’état de mise en œuvre des obligations découlant de la ratification de la CNUC.

Cette activité s’inscrit aussi dans le cadre de l’activité 14-A8 de la PAP, à savoir « valider et consolider la Stratégie nationale de lutte contre la corruption ».Le Plan d’Actions Prioritaires 2021-2023 apporte des compléments à travers un nouveau résultat « intensification des efforts en matière de lutte contre la corruption » qui prend en compte les nouvelles priorités gouvernementales : i) capitaliser les recommandations émises dans le cadre du suivi du processus d’auto-évaluation de la mise en œuvre de la CNUC, ii) lancer un processus dit « consensuel et participatif » sur l’adoption d’une loianticorruption et sur celle de l’agence nationale de lutte contre la corruption (ANLC), ii) apporter une attention particulière à la répression de la corruption via une brigade anti-fraude et un parquet financier.

L’intervention s’inscrit enfin dans la lignée du projet « Kuleta Haki » (« Rendre justice » en swahili), mis en œuvre par RCN J&D entre 2015 et 2021 qui vise à créer une dynamique collective de lutte contre la corruption à travers la mise en place d’un réseau d’acteurs résistant à ces pratiques dans le secteur de la justice pénale à Lubumbashi. Des enseignements pertinents ont été tirés de la réalisation de ce projet et pourront bénéficier à cette nouvelle intervention. La stratégie sectorielle sera focalisée sur le secteur de la justice et viendra en complément de la stratégie nationale de lutte contre la corruption. La stratégie sectorielle permettra de prendre en compte les spécificités des pratiques et des dynamiques de corruption observées dans le système judiciaire, lesquelles auront été préalablement identifiées dans le cadre de l’étude sur la corruption réalisée en mars 2023 par RCN J&D. Elle sera élaborée par un comité de rédaction inclusif animé par un consultant international spécialisé dans la lutte contre la corruption dans le contexte africain.

Le travail du comité de rédaction s’appuiera sur des propositions issues des consultations menées avec les parties prenantes du secteur de la justice, acteurs institutionnels et acteurs de la société civile. La réflexion collective bénéficiera notamment de l’expérience des parties prenantes, de l’expertise du consultant, de l’étude sur la corruption dans le secteur judiciaire ainsi que de la documentation scientifique disponible sur les stratégies pertinentes de réforme dans les contextes de corruption systémique. La stratégie veillera à intégrer une approche holistique de réforme combinant prévention, détection, enquête et répression de façon à concourir efficacement à la mise à jour du plan d’actions prioritaires de la PNRJ pour la période couvrant 2024 à 2027. Une stratégie de communication et de diffusion sera mise en œuvre dans un second temps pour diffuser ses conclusions ; ceci fera l’objet d’un appel d’offre à part entière. L’impression et le partage de la politique sectorielle seront pris en charge par le projet.

RCN J&D s’est efforcé de définir son intervention en menant des consultations avec les parties prenantes (magistrats, avocats, journalistes, OSC locales, OSCEP, ODEP, APLC), ainsi que les PTF intervenant sur cette thématique (PNUD, INL) afin d’éviter toute duplication en termes d’activités. Un contact régulier sera maintenu avec le PNUD et INL pour s’assurer des synergies et de la bonne complémentarité des interventions respectives.

 Objectifs et résultats attendus de la prestation

RCN J&D recherche un consultant/cabinet/bureau d’études chargé de piloter la production d’une stratégie sectorielle nationale de lutte contre la corruption dans le secteur de la justice 2024 – 2026. Plus spécifiquement, il s’agit de :

  • Collecter la documentation scientifique et académique disponible sur les stratégies pertinentes de réforme dans les contextes de corruption systémique
  • Mener une série de consultations dans les provinces suivantes en vue de l'atelier stratégique : Equateur, Kasai, Ituri, Kinshasa, Lumbumbashi
  • Mise en place, appui technique et supervision d’un comité de rédaction (agent de l’APLC, OSCEP, société civile et acteurs académiques), qui sera en charge de la compilation et l’analyse des résolutions des différentes consultations provinciales et de la rédaction du draft de la stratégie
  • Rédiger une proposition de stratégie nationale sectorielle sur base des résolutions et de la documentation scientifique
  • Organiser un atelier stratégique de validation de la stratégie nationale sectorielle, de 5 jours à Kinshasa avec les parties prenantes du secteur de la justice, acteurs institutionnels, acteurs de la société civile, acteurs académiques, PNUD et ONUDC, pour valider la stratégie nationale sectorielle
  • Rédiger un rapport final d’exécution de sa mission qui contient un résumé analytique sur le travail mené (brève description de la mission, des objectifs, méthodologie, difficultés rencontrées, leçons apprises, principaux résultats et recommandations).

Méthodologie

  • Le consultant est responsable de développer le protocole d’élaboration de la stratégie sectorielle en veillant à inclure les diverses parties prenantes du secteur et sur base des recherches préalablement menées par le monde scientifique et académique, et en particulier l’étude sur les pratiques de corruption dans le secteur de la justice en RDC menée par RCN J&D. En particulier, le consultant veillera à utiliser le cadre de référence juridique et sociologique disponible.
  • Le protocole d’élaboration de la stratégie sectorielle et les outils seront présentés en début des travaux à l’équipe de suivi de RCN J&D, ainsi qu’aux partenaires institutionnels, et finalisé en concertation avec ceux-ci. Le protocole détaillera les objectifs, les questions de recherche, la méthodologie pour les consultations provinciales et pour l’animation de l’atelier stratégique de Kinshasa, les personnes à rencontrer, la liste bibliographique, le chronogramme et les risques relatifs aux travaux.

 Livrables

Le/la consultant(e) devra rendre les produits suivants :

  • Livrable 1 : note méthodologique (voir ci-haut le protocole d’élaboration de la stratégie nationale sectorielle) assortie d’un plan de travail et d’un chronogramme validé par RCN J&D en début de mission
  • Livrable 2 : projet de la stratégie sectorielle de lutte contre la corruption dans le secteur de la justice. Ce document sera analysé et validé lors de l’atelier de validation de la stratégie.
  • Livrable 3 : version finale et validée de la stratégie sectorielle de lutte contre la corruption dans le secteur de la justice.
  • Livrable 4 : rapport final d’exécution de la mission qui contient un résumé analytique de sur le travail réalisé (brève description de la mission, des objectifs, méthodologie, difficultés rencontrées, leçons apprises, principaux résultats et recommandations).

 Lieu et durée de la consultance

La consultance peut se réaliser partiellement à distance. Une présence partielle en RDC sera nécessaire : elle se partagera entre Equateur, Kasaï, Ituri, Kinshasa, Lubumbashi pour les consultations. L’atelier stratégique aura lieu à Kinshasa.

Détails de l'annonce

Organisation : RCN Justice & Démocratie
Site web : https://www.rcn-ong.be
Lieu de l'emploi : Kinshasa /
Fichier : PDF icon 20230414_ao_outils_pedagogiques_vout.pdf
Type d'emploi : Autre
Type de contrat : Temps plein
Fonction : Expertise/recherche
Date de publication : 18/04/2023
Date limite : 15/05/2023

Profil

Le/la consultant(e) (personne physique ou morale, bureau d’étude, cabinet d’expertise, université) aura les compétences suivantes :

  • Etudes supérieures de niveau master en droit, sciences sociales, anthropologie, art, communication pour le changement, communication pour le développement.
  • Expérience prouvée de production d’outils pédagogiques.
  • Connaissance sur la thématique de lutte contre la corruption, le secteur de la justice/droits de l’homme dans la coopération au développement.
  • Capacités pédagogiques, de formation et de vulgarisation avérées avec la maîtrise de diverses méthodes pédagogiques, andragogiques et participatives adaptées aux adultes, jeunes et adolescents.
  • Expérience et connaissance de la région et de la RDC est un plus
  • Bonnes capacités rédactionnelles en français

Dossier de candidature

Le dossier de candidature sera composé de :

  • Les CV des membres de l’équipe détaillant notamment les missions similaires, l’expertise et les aptitudes liées à cette mission
  • Une offre technique détaillée avec une description pour chaque volet
  • Une offre financière qui prendra en compte en les détaillant l’ensemble de coûts liés à la consultance et indiquera le prix total proposé toutes charges incluses
  • Trois références professionnelles (personnes physiques et/ou institutions) incluant noms, prénoms, fonctions au moment de la collaboration, emails et contacts téléphoniques
  • Un extrait d’un produit similaire réalisé par le consultant.

L’appui d’un consultant national peut être envisagé à condition qu’il soit recruté directement par le/la consultant(e) international(e).

Les offres seront évaluées sur base d’une analyse cumulative des Curriculum vitae, l’offre technique et l’offre financière.

Comment candidater ?

Les différents éléments constitutifs du dossier à soumettre sont à envoyer au plus tard le 15 mai 2023 à 17h00 (heure de Kinshasa) uniquement par courrier électronique et en fichiers PDF à l’adresse suivante : ao@rcn-rdc.org avec comme objet PARJ2/OUTILS PEDAGOGIQUES /RCN2023

Seules les candidatures présélectionnées seront contactées.

Description

Contexte et justification

RCN Justice & Démocratie (RCN J&D) est une organisation non-gouvernementale belge. Sa mission consiste à promouvoir et appuyer une justice de proximité et une justice transitionnelle, ainsi que des pratiques démocratiques dans des sociétés et Etats en transition ou en développement. En République Démocratique du Congo (RDC) depuis 2001, RCN J&D met en œuvre des programmes de soutien aux acteurs judiciaires et membres de la société civile dans le but de promouvoir une justice accessible, répondant aux besoins de la population. Ce faisant, elle possède une grande expérience en matière de coopération avec tous les acteurs qui interviennent dans la chaîne judiciaire, dans le cadre de la justice civile et pénale.

Dans le cadre du deuxième Programme d’appui à la réforme de la justice (PARJ 2), financé par l’Union européenne et cofinancé par le Coopération belge au développement (DGD), RCN J&D met en œuvre le produit suivant : « Des précurseurs au sein de la justice, de la société civile et de la jeunesse se mobilisent pour promouvoir une justice intègre et transparente », qui prévoit entre autres une série d’ateliers dits transformatifs qui seront conduits en milieu scolaire, universitaire et judiciaire grâce à des outils innovants développés pour l’occasion.

D’après la Banque Mondiale, la corruption peut être définie comme « l’abus d’une fonction publique pour un profit personnel " et constitue un frein essentiel au développement économique et à l’instauration d’un Etat de droit. La corruption en RDC est un phénomène de grande ampleur, comme en atteste l’indice de perception de la corruption de Transparency International, qui a classé en 2020 la RDC au 170e rang sur un total de 180 pays. Même si l’indice de perception de la corruption de 2022 atteste d’un progrès de deux rangs par rapport à 2021, la RDC figure encore parmi les 15 pays où il y a le plus de corruption. Le secteur judiciaire n’est pas épargné par ces dynamiques de corruption, lesquelles sont présentes à tous les niveaux du système judiciaire, dans tous les corps de métiers et limitent très sensiblement l’impact de ses actions. Le système judiciaire est perçu pour cette raison avec méfiance de la part de la population qui considère la justice étatique comme imprévisible et prédatrice, à l’opposé de sa mission de sécurisation juridique et de l’idéal d’égalité devant la loi qu’elle devrait incarner. Au-delà de la grande corruption, ce sont des pratiques de petite corruption auxquelles le justiciable est confronté au quotidien dans son contact avec les services de justice : facturation de services gratuits ; frais de justice fantaisistes ou excessifs, pots-de-vin payés aux acteurs judiciaires pour faire avancer une procédure, obtenir une décision dans le sens souhaité ; cautions et amendes transactionnelles détournées de leur fonction pour ne pas être reversées au Trésor Public, etc. Quant à la grande corruption, il apparaît qu’elle ne pourra être adressée et sanctionnée que par une justice fonctionnelle, intègre et indépendante, elle-même débarrassée des pratiques de corruption existant en son sein.

RCN J&D propose de se référer aux pratiques de corruption comme des normes pratiques, au sens développé par l’anthropologue Olivier de Sardan, c’est-à-dire des pratiques professionnelles non observantes des normes officielles (donc illégales) mais qui sont à la fois généralisées et non aléatoires. En RDC, ces normes pratiques sont devenues centrales et font de la corruption une pratique banalisée, prévisible et généralement acceptée dans la société congolaise, se confondant souvent au quotidien avec de simples échanges de faveurs ou de services, dans un contexte d’ignorance des justiciables vis-à-vis du système judiciaire. Si certaines de ces normes pratiques permettent de faire fonctionner les services judiciaires (par exemple, à travers le fait de demander aux justiciables de l’argent pour le papier, le carburant…), voire d’humaniser le système, d’autres nuisent gravement à son bon fonctionnement et portent atteinte aux droits des usagers.

Diverses pressions sociales jouent également un rôle déterminant dans les comportements de corruption : la pression familiale et les logiques de redistribution qu’elle engendre, le phénomène de mimétisme et de pressions des pairs (celui qui ne joue pas le jeu au sein du service et qui résiste face à la corruption est marginalisé, ridiculisé, voire sanctionné), la pression de la hiérarchie, en ce que le supérieur hiérarchique peut exiger de ses subordonnés une contribution financière régulière, sorte de tribut payé au chef.  

Sur le plan international, la RDC a adhéré à la Convention des Nations Unies contre la Corruption.  Au niveau national, des normes juridiques et divers mécanismes ont été mis en place, dotant la RDC d’un arsenal juridique globalement adapté pour lutter contre la corruption. Alors que le Président Felix Antoine Tshisekedi a fait de la lutte contre la corruption une priorité de son mandat et que le Premier Ministre, Sama Lukonde, rappelait en avril 2021 dans la présentation du programme de son premier gouvernement à l’Assemblée Nationale qu’une « lutte sans merci sera engagée contre la corruption, la concussion, la facilitation de la délinquance fiscale, le déni de justice, la lenteur injustifiée dans les procédures judiciaires ». Ceci exprime un signal politique fort pour s’attaquer à l’impunité en matière de corruption, y compris au sein de l’appareil judiciaire, et offrir diverses perspectives d’action.

La société civile peut jouer un rôle crucial dans la promotion de l'intégrité et la lutte contre la corruption, notamment en détectant et dénonçant des cas de corruption, en renforçant la redevabilité des acteurs judiciaires et en sensibilisant l’opinion publique. L’article 13 de la Convention des Nations Unies contre la Corruption stipule d’ailleurs que « chaque État Partie prend des mesures appropriées […] pour favoriser la participation active de personnes et de groupes n’appartenant pas au secteur public, tels que la société civile, les organisations non gouvernementales et les communautés de personnes, à la prévention de la corruption et à la lutte contre ce phénomène, ainsi que, pour mieux sensibiliser le public à l’existence, aux causes et à la gravité de la corruption et à la menace que celle-ci représente ».

A cet effet, RCN J&D, à travers la mise en œuvre du programme PARJ 2, prévoit un axe de renforcement des acteurs de la société civile pour conduire des actions d’information-sensibilisation. Sous l’encadrement de RCN J&D, les OSC sélectionnées lanceront des actions et initiatives visant à sensibiliser la population aux causes, manifestations et effets néfastes de la corruption dans le secteur de la justice, en lui faisant également prendre conscience de la façon dont elle peut elle-même y contribuer. En effet  les usagers du service public de la justice peuvent jouer un rôle actif dans ces dynamiques et trouver un intérêt direct à pratiquer la corruption. Ce débat public visera également à valoriser des normes sociales et des pratiques professionnelles alternatives.

Ainsi, une campagne d’éducation ciblera

  • Le public jeunesse au travers d’interventions dans les écoles du niveau secondaire afin d’inculquer une culture de lutte contre la corruption, notamment via des jeux de société/de rôle, des bandes dessinées, des boites à image ou tout autre support dynamique.
  • Les étudiants des universités : des ateliers et débats-conférence seront également organisés au sein des universités identifiées, en particulier auprès des cercles d’étudiants en droit. Ces actions veilleront à accompagner des groupes de réflexion-sensibilisation sur la durée afin de générer un réel changement de perception des jeunes.
  • Les acteurs du monde judiciaire : des ateliers transformatifs seront organisés à destination des acteurs judiciaires pour encourager l’intégrité dans le chef des professionnels de justice, valoriser la minorité d’acteurs intègres qui constituent une lueur d’espoir pour le changement mais souvent isolés et affronter le fatalisme qui ébranle la catégorie d’acteurs noyés dans le doute sur l’efficacité de leur engagement individuel et collectif à bannir les normes pratiques transgressives de l’administration judiciaire.

A cet effet, RCN J&D recherche un(e) consultant(e) international(e) pour la réalisation d’outils pédagogiques à destination des milieux scolaire, universitaire et judiciaire

Objectifs et résultats attendus de la prestation

L’objectif général est de produire des outils pédagogiques innovants en matière de lutte contre la corruption à destination des milieux scolaire, universitaire et judiciaire qui visent à informer et sensibiliser sur la lutte contre la corruption en RDC.

Plus spécifiquement, il s’agit de :

  • Outiller RCN J&D et ses partenaires, à travers des supports pédagogiques et des techniques d’animation appropriées, pour qu’ils puissent offrir des ateliers de qualité spécifiquement adaptés aux différents publics cibles, répondant à leurs besoins et à la réalité de leur travail sur le terrain.
  • Animer la phase pilote et dispenser des formations préliminaires dans les 4 provinces ciblées (Kinshasa, Equateur, Kasai, Ituri) auprès de RCN J&D et les partenaires de mise en œuvre pour l’appropriation des outils pédagogiques.
  • Adapter les supports pédagogiques sur base des leçons apprises durant la phase pilote.

Les résultats attendus sont :

  • RCN J&D et ses partenaires disposent de supports pédagogiques et de techniques d’animation appropriées pour renforcer les publics cibles dans leurs connaissances et leur conscience des enjeux de la corruption et les encourager à devenir des acteurs de changement dans leurs propres pratiques.
  • Les partenaires acquièrent de l’expérience durant la phase pilote et peuvent mettre en œuvre les ateliers transformatifs de façon autonome.

 

Approche méthodologique

Les kits pédagogiques doivent privilégier une approche ludique, participative et pratique de nature à répondre aux préoccupations et situations concrètes auxquelles font face les publics ciblés. Des éléments théoriques seront inclus dans la mesure où ils serviront utilement de fondement pour aborder des aspects plus pratiques et seront illustrés par des exemples, des cas concrets et des mises en situation.

Pour le kit à destination des élèves, ils permettront à ces derniers de découvrir la problématique de la corruption, ses causes, ses conséquences et ses moyens de lutte, et de comprendre comment ils peuvent mobiliser leurs ressources et leurs valeurs et le type d’actions qu’ils peuvent mettre en place pour résister à la corruption dans leurs interactions quotidiennes au sein de leur communauté.

Pour le kit à destination des étudiants universitaires, ils permettront à ces derniers de découvrir la problématique de la corruption, ses causes, ses conséquences et ses moyens de lutte, et de comprendre comment ils peuvent mobiliser leurs ressources et leurs valeurs et le type d’actions qu’ils peuvent mettre en place pour résister à la corruption dans le futur exercice de leurs fonctions et devenir des acteurs de changement dans le monde judiciaire.

Pour le kit à destination des acteurs de la justice, son contenu se fondera sur un état des lieux des pratiques de corruption, en référence notamment à la littérature académique et scientifique et en particulier à l’étude conduite par RCN sur les pratiques corruptives dans le milieu judiciaire, ainsi que sur les formations déjà conduites dans le cadre du programme PARJ 2, et sur base des besoins exprimés par les acteurs ciblés. Ce kit permettra de valoriser l’intégrité, l’éthique professionnelle, la résistance à la corruption, les comportements à valoriser et briser les chaînes mentales de la banalisation de la corruption.

Ces kits pédagogiques auront vocation à être utilisés par les formateurs et employés de RCN J&D et leurs partenaires lors d’ateliers et de formations conduites sur le terrain. Un guide méthodologique accompagnera chaque kit pour faciliter l’appropriation, l’usage et la diffusion par les équipes.

Le contenu des kits sera défini en collaboration avec RCN J&D et ses partenaires. Il est à noter que leur contenu devra être adapté à un public ayant un faible niveau d’information sur la corruption et dans le cas des élèves, ne maîtrisant pas le vocabulaire juridique.

La phase pilote consistera en l’organisation de formations de coaching à l’utilisation de chacun des 3 kits pédagogiques, pour les OSC partenaires et les équipes de RCN J&D, dans chacune des 4 provinces ciblées (Kinshasa, Equateur, Kasai, Ituri).

 

Pour le kit à destination des élèves, à l’issue de la phase pilote dans les écoles des 4 provinces et de l’adaptation éventuelle des supports pédagogiques, le guide méthodologique final sera traduit en lingala, swahili et tshiluba étant donné que le kit abordera, entre autres, des normes sociales, et qu’à cet égard, son contenu pourra être facilement disséminé auprès des autres membres de la communauté par effet d’entraînement. La traduction sera sous la responsabilité du consultant.e et fait partie intégrante de cet appel d’offre.

Livrables

  • Une note méthodologique assortie d’un plan de travail et d’un chronogramme validé par RCN J&D en début de mission
  • Production de 3 kits pédagogiques (guide méthodologique, supports pédagogiques et techniques d’animation) pour la formation de chaque public cible, en français. Les kits seront disponibilités en version électronique et en version dure. La version dure consistera en
    • 3 productions du kit pédagogique pour les écoles par province, soit 12 versions au total
    • 3 productions du kit pédagogique pour les universités par province, soit 12 versions au total
    • 3 productions du kit pédagogique pour les acteurs judiciaires par province, soit 12 versions au total
  • Un guide méthodologique de chaque kit pédagogique spécifiant la manière d’utiliser le kit, traduit en 3 langues (lingala, swahili, tshiluba) pour le kit à destination des élèves uniquement.
  • Un rapport de mission produit à l’issue de la consultance.

Lieu et durée de la consultance

La consultance peut se réaliser partiellement à distance. Une présence partielle sur Kinshasa sera nécessaire. La phase pilote devra se faire dans les 4 provinces ciblées.

La durée de la consultance est à indiquer dans l’offre remise par le.la candidat.e. Toutefois, la phase pilote et expérimentale des kits pédagogiques sera envisagée au 1er trimestre de l’année scolaire 2023-2024.

Détails de l'annonce

Organisation : Malteser International
Site web : https://www.malteser-international.org
Lieu de l'emploi : Ariwara /
Type d'emploi : Contrat à durée déterminée
Type de contrat : Temps plein
Fonction : Coordination
Date de publication : 07/04/2023
Date limite : 23/04/2023

Profil

Votre profil:

  • Au moins 5 ans d’expérience professionnelle sur un poste demandant une forte polyvalence dans un cadre humanitaire en Afrique  
  • Expérience en gestion de programmes humanitaires et de développement, mise en place de stratégies d’intervention et gestion de la sécurité 
  • Expérience indispensable en gestion du personnel et en gestion comptable et budgétaire  
  • Connaissances des procédures logistiques d’achat, de transport et de gestion des stocks  
  • Connaissances des procédures bailleurs (allemands, européennes, autres) 
  • Diplomatie et capacité à la négociation pour traiter avec les partenaires, les autorités et les institutions 
  • Une bonne maîtrise du français (oral et écrit) est indispensable, la connaissance d’anglais est souhaitable, l’allemand peut être un atout 

Description

Malteser International (MI) est le corps international d'aide humanitaire de l’Ordre Souverain de Malte. Depuis plus de 60 ans, nous nous engageons auprès des personnes touchées par la pauvreté, la maladie, les conflits et les catastrophes dans le monde. Les valeurs chrétiennes et les principes humanitaires constituent le fondement de notre action. Dans plus de 30 pays d’Afrique, d’Amérique, d’Asie, d'Europe et du Moyen-Orient, nous intervenons auprès des plus vulnérables – sans distinction de religion, d’origine ou de convictions politiques. 

Dans la Province de l’Ituri, de Haut Uélé et de Bas Uélé, en République Démocratique du Congo (RDC), l’ONG apporte une assistance humanitaire depuis 2000 où Malteser International mène des divers projets dans les domaines de la santé, de l'eau, hygiène et assainissement (WASH), et de la sécurité alimentaire. 

Pour la gestion de notre programme en Ituri et à Haut-Uélé, nous recherchons un/e Coordinateur/Coordinatrice de Programme basé à Ariwara/ République Démocratique du Congo. 

En tant que Coordinateur/-trice Programme vous avez l’opportunité de diriger à travers notre équipe multiculturelle et motivée le bon déroulement de la logistique, de l’administration et de la mise en œuvre de notre programme divers dans les domaines de l'aide humanitaire, de l'aide à la transition et de la coopération au développement. 

Vos responsabilités:

  • Planifier, coordonner, mettre en œuvre et contrôler les projets de Malteser International dans les Provinces de l’Ituri et de Haut-Uélé en veillant aux aspects opérationnels, administratifs, financiers et logistiques 
  • Assurer la qualité opérationnelle et le suivi des opérations ainsi que la mise en œuvre du programme dans le respect de la stratégie opérationnelle  
  • Gestion des Ressources Humaines: Coordonner le recrutement, l’encadrement et le suivi des employés afin de construire et maintenir une dynamique d’équipe permettant la bonne réalisation des objectifs 
  • Garantir le respect des échéances et la qualité des rapports internes et de ceux à destination des bailleurs de fonds et assurer un bon échange avec la coordination nationale et le desk au siège 
  • Elaborer les orientations stratégiques et proposer de nouvelles orientations opérationnelles selon l'évolution du contexte 
  • Participer aux forums humanitaires et aux réunions de coordination pertinentes et représenter l’organisation auprès des intervenants extérieurs, des autorités administratives, politiques et locales et de la société civile 

Notre offre:

  • Début : 01.06.2023 
  • Lieu d’affectation : Ariwara, Ituri, République Démocratique du Congo 
  • Durée du contrat : 18 mois 
  • Salaire en fonction des qualifications et des expériences, assurance santé et accident, possibilité de loger dans la maison d’équipe, R&R, un vol gratuit par an vers le pays d’origine  
  • Poste non accompagné  

Travailler pour Malteser International

Malteser International est un employeur garantissant l'égalité des chances et accueille les candidatures de toutes les personnes, sans distinction de sexe, de confession ou d'origine. 

Que vous travailliez en tant que spécialiste du service à l'étranger ou dans l'un de nos bureaux régionaux, nous vous offrons un environnement de travail stimulant au sein d'une équipe internationale expérimentée. Plus de 1 000 employés nationaux et internationaux sont actuellement déployés dans diverses zones de crise et de catastrophe dans le monde, ainsi que dans nos bureaux régionaux de Cologne et de New York. Vous trouverez de plus amples informations ici

Comment postuler:

Veuillez envoyer votre candidature complète (CV, lettre de motivation, copies des diplômes et trois références professionnelles) en ligne sur notre portail d'emploi jusqu'au 23.04.2023.

Nous nous réservons le droit de contacter les candidat(e)s approprié(e)s avant la date limite de dépôt des candidatures. 

Détails de l'annonce

Organisation : RCN Justice & Démocratie
Site web : https://www.rcn-ong.be
Lieu de l'emploi : Kinshasa /
Type d'emploi : Contrat à durée indéterminée
Type de contrat : Temps plein
Fonction : Coordination
Date de publication : 17/03/2023
Date limite : 14/04/2023

Profil

VOTRE PROFIL
• Représentant.e Pays au sein d’une ONG internationale avec une thématique justice (justice transitionnelle un sérieux atout)
• Coordinateur.trice de terrain d’une ONG généraliste ayant un programme d’accès à la justice
• Représentant.e pays au sein d’un organisme de coopération
• Chargé.e de gestion de partenariats,
• Chargé.e de suivi et évaluation
• Chargé.e des droits de l’homme
• Chargé.e de projet sur une thématique type : dialogue communautaire, lutte contre la corruption, crimes internationaux, justice transitionnelle, méthodes alternatives de résolutions de conflits, violences basées sur le genre, liberté d’expression, justice de proximité

FORMATION
• Master en droit /droits de l’homme / droit international / sciences politiques/anthropologie avec spécialisation en anthropologie des conflits et de la violence / criminologie / Ecole nationale de la magistrature/Ecole du barreau
• Spécialisation en justice transitionnelle, droit foncier, méthodes alternatives de résolution de conflit (un sérieux atout)


EXPERIENCES

• 5 à 10 ans d’expérience dans le secteur de la coopération internationale sur des fonctions managériales (terrain et/ou siège)
• Première expérience en tant que Représentant.e. Pays sur du multi-base un sérieux atout
• Première expérience en RDC ou dans un pays de la région grands-lacs un atout


COMPETENCES TECHNIQUES / SAVOIR-FAIRE SPECIFIQUES

• Déléguer et reconnaître les expertises de chacun des membres de l’équipe
• Structurer et fidéliser une équipe • Développer et appuyer des stratégies d ‘influence locale • Orchestrer la mise en oeuvre d’activités programmatiques avec des partenaires multiples
• Innover/penser « out of the box » /faire preuve de créativité
• Adapter les priorités de la mission au changement de contexte (interne/externe)
• Capacité à intégrer l’approche du genre dans la réflexion stratégique
• Très bonnes capacités à produire des livrables de qualité (rédaction)
• Maîtriser couramment le français à l’oral et à l’écrit
• Maîtriser couramment l’anglais à l’oral et à l’écrit
• Maîtriser le lingala et/ou le swahili (un atout)


COMPETENCES RELATIONNELLES/ SAVOIR-ETRE :
• Sens du dialogue : fluidité-transparence-approche participative et démocratique
• Compréhension des dynamiques et des enjeux interculturels (approche socio-anthropologique)
• Leadership basé sur l’empathie et l’écoute active
• Capacité à fédérer et développer une dynamique d’équipe positive
• Adepte de la théorie des petits-pas/orienté solution sur le long-terme
• Militantisme
• Humilité
• Flexibilité
• Pragmatisme
• Capacité à trouver un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée

 

LES CONDITIONS OFFERTES :
• Lieu de travail : Kinshasa
• Date de début du contrat : dès que possible
• Type de contrat : indéterminé avec terme fixe (contrat de droit belge)
• Durée du contrat : minimum de 2 ans
• Salaire : 3500 euros brut mensuel
• Congés : 28 jours de congés/an + 10 jours de R&R
• Autres : Prise en charge du billet d’avion A/R (début-fin de contrat) + 1 billet d’avion A/R tous les 6 mois, Assurance santé, hospitalisation et rapatriement, Prise en charge du fret, Prime d’installation, Prime de logement (selon barème)
• Cette position est ouverte en famille : prise en charge d’une partie des frais de scolarité + allocation familiale (selon barème)


Vous vous êtes reconnu.e dans ce profil et le poste vous intéresse ?

Envoyez votre candidature (CV + lettre de motivation) avec la référence « RCN RP RDC » à : job@rcn-ong.be
le 14 Avril  2023 au plus tard

Description

A PROPOS DE RCN J&D

RCN Justice & Démocratie est une ONG belge, fondée en 1994, au lendemain du génocide et des crimes contre l’humanité au Rwanda. Le siège est basé à Bruxelles. L’accès à la justice pour tous et la prévention des conflits sont les objectifs majeurs de l’organisation. Sa mission consiste à promouvoir et appuyer une justice de proximité et une justice transitionnelle, ainsi que des pratiques démocratiques dans des sociétés et des Etats en transition ou en développement.
RCN J&D mène des programmes de développement de la justice et d’appui au système de la justice et aux acteurs de la société civile dans les pays post-conflit (actuellement en RDC, Rwanda, Burundi) au Maroc, et plus récemment au Burkina Faso (ouvert en 2021) sur un pays dit CANI (victime de Conflit Armé non internationalisé).
RCN Justice & Démocratie est une organisation qui voit la justice comme un vecteur de cohésion sociale et vise à stabiliser la paix. « Promouvoir la justice comme valeur humaine » est ce qui guide ses actions, avec une approche anthropologique et humaine de la justice. L’organisation mène à ce titre en Belgique à travers des actions d’éducation à la citoyenneté mondiale et solidaire (ECMS) un travail sur la mémoire des crimes contre l’Humanité, visant le « mieux vivre ensemble » et une meilleure cohésion sociale.
RCN J&D se positionne comme un agent de changement auprès de la société civile et des acteurs de justice. Dans son mandat, RCN J&D vise le rétablissement de la confiance entre les justiciables et l’Etat. Il appuie l’ensemble des mécanismes de justice, qu’ils s’agissent du système judiciaire comme la justice coutumière ou d’autres formes de justice endogène.

CONTEXTE DE LA MISSION

En RDC, RCN J&D est reconnu comme un acteur de référence dans le secteur de la justice, l’organisation développant depuis plus de 20 ans des programmes d’appui tant en direction des autorités (judiciaires, policières et foncières) que de la société civile et des citoyens dans différentes provinces du pays. Actuellement RCN J&D assure une présence à Kinshasa, Goma (Nord-Kivu), Tshikapa (Kasaï), Bunia (Ituri) et Mbandaka (Equateur) à travers trois programmes :
1. RESTORE. RESistons à la TORture Ensemble dont le but est d’accompagner les acteurs institutionnels, la société civile et les justiciables en vue de réduire les actes de torture et les traitements cruels, inhumains ou dégradants dans les lieux de détention (cellules de garde à vue et milieu pénitentiaire pour les détenus préventifs).
2. REPLIC. Pour une justice REDevable, Plurielle et Intègre au Congo pour lequel il s’agit de promouvoir les modes alternatifs de résolution de conflit, une justice plus respectueuse des droits humains dans la chaine pénale (de la garde à vue à la détention préventive) et insuffler une dynamique de changement dans la lutte contre la corruption dans le système judiciaire.
3. PARJ II. Programme d’appui à la réforme de la justice dont les objectifs consistent à développer l’aide légale, promouvoir une justice coutumière respectueuse des droits humains en articulation avec le système judiciaire, réduire les abus en matière de détention préventive et mobiliser les autorités et la société civile dans la lutte contre corruption dans le système judiciaire. Ce programme est mis en oeuvre en consortium dans 4 provinces et RCN J&D en assure le lead.

VOS PRINCIPALES RESPONSABILITES

Rattaché.e au Coordinateur des programmes basé au siège, le.la Représentant.e Pays est le .la garant .e d ’une mise en oeuvre efficace des programmes de la mission

LIENS HIERARCHIQUES ET FONCTIONNELS

• Lien hiérarchique : est sous l’autorité directe du Coordinateur des programmes (CP) de l’association au siège. Il. Elle supervise en direct un.e coordinateur.rice de projet ( CPRO) et une coordinatrice administrative, finances et logistique (CAFL).
• Lien fonctionnel : avec les partenaires nationaux et les ONG internationales en consortium

RESPONSABILITES

Gestion et développement des programmes

• Veille à la bonne exécution du programme-pays, de son suivi et de son évaluation interne
• Elabore la stratégie de la mission en collaboration avec son équipe et le CP
• Se documente sur les problématiques de justice et de développement et analyse les perspectives pluridisciplinaires d’intervention
• Propose et/ou coréalise des missions exploratoires et les documents afférents avec le CP ou autre membre de RCN J&D
• Elabore avec son équipe et les partenaires un cadre logique et un plan d’action
• Supervise la mise en oeuvre de la stratégie et du plan d’action
• S’assure de l’existence d’outils de suivi et d’évaluation des résultats et de l’impact des actions entreprises
• Supervise la réalisation des résultats en questionnant les indicateurs définis dans le cadre logique
• Valide les documents de projets et les rapports préparés par le coordonnateur de projet
• Identifie de nouvelles stratégies, actions ou approches en fonction de l’évolution du programme et du contexte.
• Finalise la rédaction du rapport annuel d’activités pour diffusion interne et externe

Gestion des ressources humaines

• Supervise la gestion de l’ensemble du personnel de la mission, expatrié et national
• Organise et maintient un système de communication avec l’équipe
• Supervise le respect des procédures et documents standard RH : règlement intérieur, statut
• Supervise l’élaboration et la réactualisation d’une politique salariale dans le respect des standards RCN J&D
• Valide les profils de poste et plans de travail individuels de l’ensemble du personnel
• Veille à la mise en place d’entretiens d’évaluation pour l’ensemble du personnel
• Réalise les évaluations du personnel sous sa responsabilité directe
• S’assure de la qualité des relations sociales internes
• Veille au maintien d’un climat organisationnel axé sur le dialogue
• Elabore et réactualise l’organigramme
• Coordonne et valide le plan de formation annuel du personnel national
• Gère les relations avec les représentants du personnel national
• Identifie et propose des leviers pour fidéliser les équipes

Gestion du changement/renforcement des compétences

• Anime ses équipes dans une posture d’accompagnement bienveillant
• Accompagne les équipes dans le renforcement de leur expertise
• Accompagne les équipes dans la capitalisation de leurs savoirs-faire et savoirs-être

Gestion financière et comptable

• Supervise le respect des procédures standards logistique
• Analyse et valide les budgets élaborés par la CAFL
• Supervise l’exécution du budget
• Valide le suivi ainsi que les révisions budgétaires mensuelles et semestrielles
• S’assure de l’application des procédures financières internes de la mission
• Supervise la gestion comptable : contrôle de caisse mensuel, signature de l’état de concordance en fin d’année financière
• Supervise l’utilisation rigoureuse des fonds au sein de la mission, en étroite collaboration avec la CAFL

Gestion des bailleurs

• Contribue à la gestion des contrats bailleurs
• Identifie de nouveaux bailleurs et transmet les comptes-rendus d’entretiens au CP
• Co-élabore les plans de financement avec le CP
• Coordonne et finalise les documents à transmettre aux bailleurs dans le respect des directives spécifiques
• Négocie et signe de nouveaux contrats de financement par voie de délégation spéciale

Gestion logistique
• Supervise le respect des procédures standards logistique
Communication interne terrain/siège
• Coordonne la participation de son équipe auprès des différentes tribunes de RCN J&D : Assemblée Générale, séminaires siège, bulletins d’information, rapport annuel, conférence de presse


Partenariats
• Assure la bonne collaboration au sein de l’équipe mission, entre RCN J&D et les partenaires opérationnels de la mission ainsi qu’avec le siège
• Développe et entretient des relations de qualité avec les bailleurs
• Informe le CP de l’évolution des politiques d’investissement des bailleurs de fonds


Sécurité
• S’informe sur et analyse l’évolution de l’environnement socio-politique
• Co-élabore avec la CAFL le plan de sécurité national et s’assure de son actualisation régulière
• Supervise la mise en oeuvre du plan sécuritaire
• Décide, avec le CP, des mesures de sécurité à prendre en fonction de l’évolution de la situation dans le pays
• Prend l’ensemble des mesures pour garantir en tout temps la sécurité du personnel et des biens
• S’assure de l’exécution des tâches opérationnelles en matière de sécurité auprès du CAFL
• En cas de force majeure, a la responsabilité directe de toutes les décisions urgentes

Pages