You are here

Burundi

Détails de l'annonce

Organisation : Coopération Technique Belge
Site web : http://www.btcctb.org
Adresse email : corine.hayez@btcctb.org
Lieu de l'emploi : Lieu d’affectation: Bujumbura (être prêt à effectuer régulièrement des déplacements à l’intérieur du pays) /
Fichier : PDF icon fr_tdr_bdi-13-081-1-ctb-ati_police_prappnb.pdf
Type d'emploi : Contrat à durée déterminée
Type de contrat : Temps plein
Fonction : Mission terrain
Date de publication : 21/04/2015
Date limite : 13/05/2015

Profil

Diplôme:

·       Master

 

plus d'infos: voir sur le site: http://www.btcctb.org/fr/offres-d-emploi

 

 

Description

Fonction:

 

Recruté(e)  par  la  CTB  avec  l’appui  de  la  Police Fédérale belge,  sous  la  supervision  directe du Délégué à la cogestion (DELCO: Responsable du projet pour compte de la CTB),  elle  ou  il  sera responsable de lappui technique et conceptuel pour garantir la mise en œuvre qualitative des actions du projet et contribuer aux résultats du projet. La gestion des trois premiers résultats (1 à 3) se trouve sous la responsabilité de l’Expert International, les résultats 5 à 8 sous la responsabilité du DELCO tandis que le résultat 4 est sous leur responsabilité conjointe

 

Ses responsabilités comprennent:

 

 

En tant qu’expert technique en Renforcement des Capacités:

·       Apporter un  appui  technique  en  ce  qui  concerne  le  fonctionnement  des  postes  de  police et les commissariats provinciaux;

·       Effectuer ou appuyer lanalyse des besoins du partenaire burundais en coopération avec  les services impliqués et des opportunités d’un appui par d’autres acteurs externes dans le contexte de la mise en œuvre de ce projet;

·       Apporter sa contribution au veloppement d’un système dévaluation interne de la progression du projet sur la base des indicateurs retenus, des risques et hypothèses et de la contribution des deux parties;

·       Apporter sa contribution aux missions d’évaluation technique;

·       Contribuer aux missions d’évaluation technique;

·       Contribuer au renforcement des capacités au sein du Ministère de la Sécurité publique, de  la direction générale de la Police nationale en ce qui concerne la conception, le choix et la gestion dun appui extérieur.

 

En tant que coordinateur technique:

 

·       Assurer la cohérence entre les activités de l’intervention et leur alignement sur le processus de changement facili par lintervention afin de veiller à leur contribution à latteinte de lObjectif Spécifique, en particulier en ce qui concerne les résultats 1 à 3;

·       Apporter un appui dans le suivi des conditions préalables et aux hypothèses du projet, ainsi quaux risques, et  contribuer à la gestion de ces risques;

·       Organiser la planification opérationnelle entre la Police Nationale du Burundi (PNB) et ses partenaires dans ce projet  de Renforcement des Capacités (RC);

 ·       Rédiger les termes de référence pour les missions d’appui de la PolFed et pour l’appui technique des autres intervenants;

·       Préparer les missions des experts de la PolFed en cooration avec le partenaire burundais;

·       Préparer les activités d’appui technique dautres intervenants avec le partenaire burundais;

·       Assurer un contact régulier avec les personnes mandatées au sein de la PolFed;

·       Fonctionner comme point de contact pour tout autre partenaire technique, ensemble avec le Delco qui représente le projet;

·       Rédiger les TdR pour les experts ponctuels du projet;

·       Assurer la supervision des 4 conseillers provinciaux affectés sur les 3 premiers résultats (dont suivi hebdomadaire, organisation de réunion hebdomadaire, coaching, appui à la capitalisation de leur expérience…);

·       Assurer le suivi des conditions préalables et des hypothèses du projet, ainsi quaux risques, et  contribuer à la gestion de ces risques;

·       Appuyer le Delco dans le cadre de ses responsabilités vis-à-vis de la SMCL (comité de pilotage).

En tant que chargé de la communication et de la capitalisation:

 

·       Contribuer à la communication externe sur le projet et son contexte avec les différents  partenaires et les acteurs pouvant influencer la qualité des résultats;

·       Contribuer à optimiser l’échange d’expériences et de synergies entre les projets travaillant en renforcement de la PNB;

·       Assurer la capitalisation des expériences de l’intervention ensemble avec les partenaires du projet  (fiches techniques, etc.).

 

Détails de l'annonce

Organisation : Coopération Technique Belge
Site web : http://www.btcctb.org
Adresse email : corine.hayez@btcctb.org
Lieu de l'emploi : Bujumbura /
Fichier : PDF icon fr_tdr_bdi-12-076-1_politique-fiscale.pdf
Type d'emploi : Contrat à durée déterminée
Type de contrat : Temps plein
Fonction : Gestion financière
Date de publication : 09/04/2015
Date limite : 02/05/2015

Profil

Diplôme • Master ou diplôme équivalent en économie ou domaine similaire. Une spécialisation en fiscalité constitue un avantage ; Expérience/expertise • Expertise en politique fiscale, avec au minimum 10 ans d’expérience directe dans le domaine ; • Expérience directe comme cadre supérieur dans une administration publique dans le domaine précité (par ex. au niveau des impôts et taxes) ; • Expérience avérée et capacités au niveau de la coordination et de la communication par ex. rédaction, mener des réunions, négociations, coordination entre départements; par ex. capacités de rédiger des notes de politique (policy briefs) dans le domaine de la politique fiscale constituent un avantage ; • Expérience et volonté concernant le transfert de connaissances (par ex. atelier, remise à niveau); • Une expérience préalable de travail dans un pays en développement (par ex. en Afrique subsaharienne) constitue un avantage ; • Motivation, être axé sur les résultats, capable de travailler sous pression et dans un environnement avec beaucoup de défis ; • Parler et écrire couramment en français avec une bonne maîtrise de l’anglais est important;

Description

Sous l’égide du Directeur de la Direction de la Politique Fiscale, l’expert en politique fiscale auprès du Ministère devra appuyer et renforcer la DPF dans les tâches et les domaines suivants : • Soutien à l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie de politique fiscale de moyen terme pouvant accompagner le Cadre stratégique du Gouvernement pour la croissance et la lutte contre la pauvreté en impliquant les parties prenantes (OBR, PTF…) ; • Conseil au Directeur de la DPF pour harmoniser et synchroniser cette politique avec la Stratégie de Gestion des Finances Publiques du Burundi ainsi qu’avec les dispositions prises au niveau de la Communauté Est-Africaine ; • Conseil au Directeur de la DPF en matière de suivi et de mise en œuvre du Code des Investissements (par ex. exonérations) ; • Conseil au Directeur de la DPF en ce qui concerne la communication et la coordination avec l’OBR notamment en matière de suivi de la mobilisation des recettes ; • Conseil au Directeur de la DPF en matière, notamment, des éventuelles conventions (bilatérales) à éviter la double imposition ; • Appui au Directeur de la DPF afin d’assurer la liaison avec notamment les partenaires techniques et financiers ; • Activités de transfert des compétences ; • Autres tâches et activités en fonction des besoins de la DPF ; • En ce qui concerne ses activités/tâches, rédaction des rapports d’activités sur base trimestrielle. Résultats attendus (non-exhaustifs) • Renforcement de la coordination et de la communication interne et externe à la DPF • Renforcement de la gestion de la DPF • Analyse des performances en matière de revenus collectés et des tendances observées (en collaboration avec les administrations des recettes) ; • Identification des changements nécessaires en matière de fiscalité et de l’évaluation de leurs conséquences financières (en collaboration avec l’administration fiscale - OBR) ;

Détails de l'annonce

Organisation : Vétérinaires sans Frontières - Dierenartsen Zonder Grenzen Belgium
Site web : http://www.veterinairessansfrontieres.be
Adresse email : c.louis@vsf-belgium.org
Lieu de l'emploi : Ngozi /
Type d'emploi : Contrat à durée déterminée
Type de contrat : Temps plein
Fonction : Gestion de projet
Date de publication : 18/02/2015
Date limite : 09/03/2015

Profil

Voir Plus haut 

Description

OFFRE D’EMPLOI

Position :                                Gestionnaire Projet DEPEL

Basé à :                                               Ngozi, Burundi

Contrat :                                 1 an, renouvelable

Disponibilité :                        Immédiate

Délai de candidature :             10/03/2015

 

VETERINAIRES SANS FRONTIERES

Vétérinaires Sans Frontières aide à optimaliser l’élevage dans les pays en développement. Vétérinaires Sans Frontières s’efforce d’améliorer les conditions de vie des peuples les plus pauvres du monde, dépendant directement ou indirectement du bétail, en optimisant l’élevage. En Afrique, l’agriculture est souvent présente du début à la fin de toute vie. Le bétail joue un rôle crucial dans l’alimentation et le revenu des familles. Mais souvent, les services de proximité, garants d’un troupeau sain et productif, sont inaccessibles ou trop limités. Les agents de Vétérinaires Sans Frontières aident les éleveurs locaux (pasteurs et agro éleveurs) en apportant des formations, des technologies et un savoir-faire en matière de production, de santé animale et de commercialisation du bétail. Ce soutien est toujours précédé d’une concertation avec toutes les parties concernées.

 

LE PARTENAIRE LOCAL UCODE-AMR

L’Union pour la Coopération et le Développement, association sans but lucratif, UCODE asbl en sigle, a pour mission de Combattre la pauvreté des membres à travers des associations organisées autour de filières agropastorales, de défendre la dignité des paysans et de les aider à jouir d’une bonne santé.

 

Ses objectifs prioritaires sont centrés sur :

-          le renforcement des capacités et la défense des intérêts des membres

-          le développement des filières agricoles

-          la contribution à l’accès aux soins de santé

 

PROJET DEPEL

Avec le projet DEPEL, VSF-B démarre ses activités au Burundi. Le projet consiste en un appui multidimensionnel aux petits et moyens agro-éleveurs de 4 communes de la province de Ngozi. Les ménages vulnérables seront soutenus par l’octroi de noyaux caprins adossé à des appuis complémentaires concernant la nutrition, la santé et l’éducation. Le projet soutiendra les groupements de producteurs et de productrices à travers le micro-crédit afin de développement des AGR en lien avec l’élevage. Enfin les acteurs de la santé animale seront appuyés afin d’améliorer la couverture sanitaire du cheptel de la zone d’intervention.

Le projet sera mené en partenariat avec UCODE asbl, une ONG locale, et en synergie avec de nombreuses organisations et institutions.

 

ROLE

Le rôle du Gestionnaire de Projet est d’assurer la mise en place, l’exécution et le suivi du projet DEPEL en bon père de famille et dans le respect de l’approche GAR selon les étapes de la Gestion du Cycle de Projet. Il s’agira de transférer rapidement la gestion du projet au partenaire local UCODE asbl. Ainsi à terme, le Gestionnaire Projet dirigera  la coordination nationale de VSF-B au Burundi. Il/elle rapporte au Directeur Régional pour l’Afrique Centrale.

 

RESPONSABILITES

*   Mettre en place les conditions propres à l’exécution du projet DEPEL

*   Gérer le projet DEPEL en bon père de famille :

o   Définition des stratégies d’intervention ;

o   Programmation et exécution des activités ;

o   Appui aux équipes pour l’implémentation des activités ;

o   Relations avec le partenaire et appui à la progression du partenaire ;

o   Gestion du budget ;

o   Mise en place du système de suivi interne;

o   Respect des procédures du bailleur ;

o   S’assurer que le rapportage envers les bailleurs est fait à temps et dans les règles ;

*   Contribuer à trouver le co-financement pour le projet au Burundi.

*   Renforcer les capacités techniques des équipes et au besoin du partenaire local.

*   S’assurer qu’au Burundi les connaissances de Vétérinaires Sans Frontières soient capitalisées et partagées avec les équipes dans la région.

*   Représenter et promouvoir Vétérinaires Sans Frontières au Burundi, en ce inclus défendre les intérêts de Vétérinaires Sans Frontières et ces parties prenantes auprès des preneurs de décision du Burundi.

*   S’assurer que Vétérinaires Sans Frontières fonctionne légalement au Burundi.

 

PROFIL

Education

Diplôme universitaire dans un domaine pertinent (p.ex. médicine vétérinaire, agronomie, etc.)

 

Connaissances et expérience

*   Expérience en gestion de programmes de développement (gestion budget, personnel) d’au moins 3 ans

*   Bonne connaissance en matière de zootechnie et en santé animale 

*   Expérience dans des projets de  développement de l’élevage en Afrique, de préférence en zone équatoriale ou tropicale humide

*   Expérience souhaitée dans la mise en œuvre de programmes de développement de l’élevage, l’animation de groupements d’éleveurs et le micro-crédit ou la mise en place de réseaux de santé animale de proximité

*   Connaissances et expérience en gestion de cycle de projets et gestion axée sur les résultats

*   Connaissances et expérience en renforcement de capacités de partenaires locaux

*   Connaissance des procédures DGD est un atout

 

Compétences

*   Est en mesure d’analyser des situations complexes et d’identifier rapidement des priorités

*   Est en mesure de développer une vision et stratégie pour un pays

*   Est un excellent manager et coach

*   Est orienté solution et résultat

*   Est capable de prendre des décisions et de les mettre en œuvre

*   Est excellent(e) en planification et organisation

*   Est en mesure d’appréhender facilement de nouvelles matières et d’apprendre rapidement de nouvelles choses

*   S’efforce à améliorer constamment la qualité et incite les autres à le faire également

*   Est capable d’instaurer un bon climat de communication dans une équipe

*   Stimule le partage d’informations et de connaissances ainsi que le travail en équipe

*   Est flexible

 

Attitudes

*   S’identifie avec les valeurs, la mission et la vision de Vétérinaires Sans Frontières

*   Est d’une intégrité irréprochable et attend de même des autres

*   Est respectueux/se des autres et des autres cultures

*   Est disposé(e) à effectuer régulièrement des missions sur le terrain

*   Fait preuve de fiabilité et de loyauté

*   Esprit ouvert, avec une attitude positive, qui inspire confiance

 


 

CANDIDATURES

Merci d’envoyer votre lettre de candidature, votre curriculum vitae et les noms et coordonnées de trois personnes de référence par courrier électronique avant le 10/03/2015 à burundi@vsf-belgium.org

Ce poste est ouvert aux candidats :

*   masculins et féminins

*   expatriés et nationaux.

*   internes et externes

 

Seuls les candidats présélectionnés seront contactés.

Pour plus d’informations visitez notre site web www.veterinairessansfrontieres.be

 

 

Détails de l'annonce

Organisation : Ass. pr la Promotion de l'Education et de la Formation à l'Etranger
Site web : http://www.apefe.org
Adresse email : s.demeester@apefe.org
Lieu de l'emploi : Bujumbura /
Type d'emploi : Contrat à durée déterminée
Type de contrat : Temps plein
Fonction : Animation/Formation
Date de publication : 03/12/2014
Date limite : 03/01/2015

Profil

Profil :

 

  • Avoir une connaissance avérée de l’approche par compétences ;
  • Avoir des capacités d’organisation, de planification et de prise d’initiative ;
  • Etre orienté résultat ;
  • Avoir une parfaite maîtrise de la langue française  et de bonne capacité rédactionnelle ;
  • Avoir des aptitudes pour le travail en équipe, dans un contexte de développement et de multiculturalité.
  • Avoir une bonne connaissance du secteur de la coopération au développement et/ou une expérience préalable dans un programme de coopération au développement.

Un curriculum vitae accompagné d’une lettre de motivation, indiquant la référence AP/ATI-BU-14.12.03, doivent être adressés, au plus tard le 04 janvier 2015,  à Monsieur Stéphan Plumat, Directeur de l’APEFE , de préférence, par courriel : candidatures@apefe.org (mentionnant la référence dans l'objet), autrement, par courrier postal : 2, place Sainctelette B-1080, Bruxelles.

 

Le Programme 2014-2016 est disponible sur simple demande à a.germeau@wbi.be.

 

Consultez cette annonce sur le site internet de l’APEFE rubrique offres d’emplois :

https://www.apefe.org/component/jobboard/job/59/assistant(e)-technique-en-ing%C3%A9nierie-de-formation--burundi-bujumbura-ati-bu-14.12.03.html

Description

Dans le cadre de son programme 2014-2016 d’appui à la formation technique et professionnelle au Burundi, l’APEFE recrute un assistant technique spécialisé en ingénierie de la formation.

 

  • Lieu d'affectation : Bujumbura (Burundi) avec missions régulières en province.
  • Durée de l'engagement : du 15.02.15 au 31.12.2016, avec possibilité de prolongation
  • Date limite de candidature : 4 janvier 2015
  • Salaire: Barème APEFE
  • Niveau de carrière: Confirmé (plus de 5 ans d'expérience utile)
  • Niveau d’étude : Master
  • Temps plein (38 h/s) 

Contexte :

 

Le Programme que l’APEFE met en œuvre au Burundi est articulé en deux objectifs :

 

L’APEFE  appuie le renforcement  des capacités de pilotage de la Direction Générale de l’Administration de l’Enseignement Technique, l’Enseignement des Métiers et la Formation Professionnelle (DGAETEMFP) au plan institutionnel, pédagogique et logistique, en particulier au sein de 20 établissement EFTP. 

 

L’ASBL  appuie également l’amélioration de l’accès aux soins de kinésithérapie et de réadaptation médicale  par le renforcement des capacités institutionnelles du Ministère de la Santé Public et de la lutte contre le Sida (MSPLS), des structures de santé du pays et du dispositif de formation des kinésithérapeutes.

 

Descriptif de la mission :

 

Dans le cadre du premier objectif, en étroite collaboration avec le partenaire,  l’Assistant(e) Technique International(e) (ATI) recruté(e) aura pour mission :

 

  • D’appuyer les conseillers pédagogique de la DGAETEMFP à l’élaboration des outils de formation, adaptés au contexte du Burundi ;
  • D’accompagner les conseillers pédagogique de la DGAETEMFP dans la conception et l’implémentation des outils pédagogiques dans 20 établissements ;
  • De développer les compétences techniques et de l’ingénierie pédagogique des enseignants et formateurs des établissements ciblés. 

Plus précisément, il s'agira de :

 

  • Soutenir l’élaboration de stratégies contribuant à l’atteinte des résultats du Programme ;
  • Contribuer à la rédaction/révision/harmonisation des curricula dans différentes filières techniques et professionnelles ;
  • Participer à l’élaboration de méthodologie et en garantir le respect;
  • Assurer l’appui et l’encadrement des conseillers pédagogiques dans leurs tâches;
  • Accompagner la mise en œuvre des plans de formations de formateurs ;
  • Participer à l’évaluation et l’analyse des résultats des formations et transfert de formations ;
  • Contribuer, en étroite collaboration avec l'Administrateur de Programme, à la mise en œuvre du programme de coopération dans toutes les filières visées par le programme ;
  • Contribuer à l'analyse des besoins, à la recherche, à l'identification, à la formulation et au suivi et évaluation du programme ;
  • Participer à la rédaction du rapport annuel d'activités pour la partie du Programme dont l’agent à la charge en tant qu’ATI ;
  • Contribuer au développement de collaborations et synergies par notamment une participation aux rencontres, ateliers, conférences pertinentes du secteur ;
  • Accomplir, en fonction des nécessités de service, toute autre tâche ou mission sur instruction de l'Administrateur de Programme.

Conditions  préalables :

 

  • Etre ressortissant d'un Etat de l'Union européenne ou posséder le statut de réfugié des Nations Unies ;
  • Avoir une expérience confirmée de minimum 5 ans dans le domaine de l’élaboration et de l’implémentation de stratégies de formation, en particulier de l’ETFP dans un contexte international ;
  • Etre titulaire d’un diplôme d’études supérieures de niveau Bac+4 au minimum dans le domaine de l’Ingénierie de la formation et/ou pédagogie.

Détails de l'annonce

Organisation : Ass. pr la Promotion de l'Education et de la Formation à l'Etranger
Site web : http://www.apefe.org
Adresse email : s.demeester@apefe.org
Lieu de l'emploi : Bujumbura /
Type d'emploi : Contrat à durée déterminée
Type de contrat : Temps plein
Fonction : Communication
Date de publication : 03/12/2014
Date limite : 03/01/2015

Profil

  • Avoir une bonne connaissance et une expérience dans le domaine de la formation de formateurs, élaboration et implémentation de curricula de formation;
  • Avoir une expérience dans la mise en œuvre de programmes basés sur la pédagogie active ;
  • Avoir une connaissance de l'approche par compétences ;
  • Avoir une expérience confirmée dans la gestion d'équipe et la coordination ;
  • Avoir des aptitudes à l’organisation pratique et à la planification ;
  • Avoir une aptitude avérée à la communication orale et écrite ainsi qu’à la présentation ;
  • Avoir des aptitudes au coaching, tutorat, monitoring;
  • Avoir des aptitudes  en gestion administrative et financière de programmes internationaux ;
  • Avoir des aptitudes en gestion de cycle de projet et gestion axée sur les résultats ;
  • Maîtrise de la langue française;
  • Avoir des aptitudes pour le travail en équipe, dans un contexte de développement et de multiculturalité ;
  • Avoir une bonne maîtrise de l’outil informatique (environnement Windows, Office, Internet).

 

Un curriculum vitae accompagné d’une lettre de motivation , indiquant la référence AP-BU-14.12.03, doivent être adressés, au plus tard le 04 janvier 2015,  à Monsieur Stéphan Plumat, Directeur de l’APEFE , de préférence, par courriel : candidatures@apefe.org (mentionnant la référence dans l'objet), autrement, par courrier postal : 2, place Sainctelette B-1080, Bruxelles .

Le Programme 2014-2016 est disponible sur simple demande à a.germeau@wbi.be.

 

Consultez cette offre d’emploi sur le site internet de l’APEFE

Description

Dans le cadre de son programme 2014-2016 au Burundi, l’APEFE recrute un administrateur spécialisé en ingénierie de la formation.


 

  • Lieu d'affectation : Bujumbura (Burundi) avec missions régulières en province
  • Durée de l'engagement : du 15.02.15 au 31.12.2016, avec possibilité de prolongation
  • Date limite de candidature : 04 janvier 2015
  • Salaire: Barème APEFE
  • Niveau de carrière: Senior (plus de 10 ans d'expérience utile)
  • Niveau d’étude: Master
  • Temps plein (38 h/s) 

Contexte :

 

Le Programme que l’APEFE met en œuvre au Burundi est articulé en deux objectifs :

 

  • L’APEFE  appuie le renforcement  des capacités de pilotage de la Direction Générale de l’Administration de l’Enseignement Technique, l’Enseignement des Métiers et la Formation Professionnelle (DGAETEMFP) au plan institutionnel, pédagogique et logistique, en particulier au sein de 20 établissement EFTP. 
  • L’ASBL  appuie également l’amélioration de l’accès aux soins de kinésithérapie et de réadaptation médicale  par le renforcement des capacité institutionnelles du Ministère de la Santé Public et de la lutte contre le Sida (MSPLS), des structures de santé du pays et du dispositif de formation des kinésithérapeutes.

Descriptif de la mission :

 

L'Administrateur(rice) de Programmes (AP) aura pour mission de coordonner l'ensemble des programmes de l'APEFE au Burundi et de jouer le rôle d'interface entre le siège de l'APEFE et les partenaires du Sud et du Nord.

 

L’AP, en étroite collaboration avec le partenaire,  aura également pour mission d’encadrer l'ensemble des activités nécessaires à l'atteinte des résultats du premier objectif visant le  renforcement  des capacités de pilotage de la DGAETEMFP au plan institutionnel, pédagogique et logistique, en particulier au sein de 20 établissement EFTP.

 

Plus précisément, il s'agira de :

 

  • Assurer un suivi/reporting régulier des activités de la mission et la mise à disposition des ressources ;
  • Contribuer à l'encadrement des Assistants techniques Internationaux des programmes de l'APEFE au Burundi et du personnel APEFE du bureau local ;
  • Assurer le suivi des partenariats et des synergies avec les  acteurs impliqués ;
  • Contribuer à l'analyse des besoins, à la recherche, à l'identification, au suivi et évaluation.
  • Superviser le Bureau APEFE/Wallonie-Bruxelles  ;
  • Gérer des dossiers des ressources humaines (accueil, congés, accidents, …) ;
  • Représenter l’APEFE  et WBI dans diverses manifestations officielles ;
  • Assurer le suivi des conventions de partenariat avec les deux partenaires (la DGAETEMFP et le MSPLS) ;
  • Assurer le suivi des lettre d’ententes entre l’APEFE et la CTB relative à l’appui au sous-secteur de l’enseignement technique, l’enseignement des métiers et la formation professionnelle en collaboration avec la DGAETEMFP ;
  • Participer aux réunions de sécurité à l’Ambassade de Belgique ;
  • Participer aux réunions hebdomadaires de gestion du programme ;
  • Participer aux réunions mensuelles de gestion et  comptabilité des programmes ;
  • Suivre les budgets et propositions d’aménagements budgétaires ;
  • Appuyer le programme menés en collaboration avec  WBI ;
  • Coordonner ou assurer la rédaction des rapports trimestriels et annuels  pour l'ensemble du programme et en conformité avec les exigences du bailleur de fonds;
  • Organiser et encadrer les missions du siège ou de délégations belges sur le terrain ;
  • Assurer le suivi des projets financés par Wallonie-Bruxelles-International (WBI) en assurant la synergie avec les programmes propres de l’APEFE ;
  • Appuyer la DGAETEMFP et ses services à l’amélioration de son organisation interne et son fonctionnement;
  • Accompagner la DGAETEMFP dans son rôle d’encadrement des 20 établissements ;
  • Renforcer la DGAETEMFP en matière d’orientation stratégique ;
  • Participer à la rédaction du rapport annuel d'activités pour la partie du Programme dont l’agent à la charge en tant qu’ATI ;
  • Contribuer au développement de collaborations et synergies par notamment une participation aux rencontres, ateliers, conférences pertinentes du secteur ;
  • Participer à la rédaction du rapport trimestriel et annuel d'activités pour la partie du Programme dont l’agent à la charge en tant qu’ATI ;
  • Contribuer à l'analyse des besoins, à la recherche, à l'identification, à la formulation et au suivi et évaluation du programme ;
  • Contribuer au développement de collaborations et synergies par notamment une participation aux rencontres, ateliers, conférences pertinentes du secteur.

Conditions  préalables :


  • Etre ressortissant d'un Etat de l'Union européenne ou posséder le statut de réfugié des Nations Unies ;
  • Avoir une expérience avérée de minimum 10 ans dans la gestion de Programmes de développement en liaison avec le secteur de l’éducation, dont 5 ans en tant que chef de projet ;
  • Etre titulaire d'un diplôme de master reconnu par la fédération WBI.

Détails de l'annonce

Organisation : Avocats Sans Frontières
Site web : http://www.asf.be
Adresse email : job@asf.be
Lieu de l'emploi : Bujumbura /
Fichier : PDF icon consultance_inter_burundi.pdf
Type d'emploi : Autre
Type de contrat : Temps plein
Fonction : Expertise/recherche
Date de publication : 24/11/2014
Date limite : 16/12/2014

Profil

-

Description

Lieu d'affectation : Bujumbura, Burundi

Statut : Consultant international

Clôture des candidatures : 17 décembre 2014              

Entrée en fonction :  30 jours à déterminer      

 

L’organisation

Créée en 1992, Avocats Sans Frontières est une ONG internationale, qui se donne pour mission de contribuer à la réalisation d’une société juste et équitable, dans laquelle le droit est au service des groupes et/ou populations les plus vulnérables. Son objectif principal est de contribuer à la mise en place d’institutions et de mécanismes permettant l’accès à une justice indépendante et impartiale, capable d’assurer la sécurité juridique et de garantir la protection et l’effectivité des droits fondamentaux.

Avocats Sans Frontières a des missions permanentes au Burundi, en RDC, en Ouganda, en Tunisie et au Népal, et développe des projets en Tanzanie, au Tchad et dans les MENA. Elle met également en œuvre des projets transnationaux sur la justice pénale internationale, la protection des défenseurs des droits de l’Homme et l’accès aux droits économiques et sociaux, en étroite collaboration avec les avocats et la société civile.

 

Contexte : Avocats Sans Frontières au Burundi

Active depuis 1999 au Burundi, ASF y a développé des activités visant à :

  • améliorer l’accès à la justice pour la population la plus vulnérable (notamment par la mise en place de boutiques de droit et l’assistance judiciaire gratuite), et appui technique à la finalisation d’une stratégie nationale d’aide légale ;
  • lutter contre l’impunité du crime de torture (notamment par l’assistance judiciaire aux victimes, la formation des acteurs de justice, l’encadrement des ONG de promotion des droits humains) ;
  • lutter contre le recours massif à la « détention provisoire illégale » ;
  • renforcer la capacité des avocats, ainsi que du Barreau, aux fins d’une réappropriation des mécanismes d’accès à la justice par ceux-ci.

L’intervention d’ASF dans le cadre d’affaires emblématiques s’inscrit également dans cette approche. Sont identifiés comme telles, entre autres, les dossiers judiciaires où le droit et l’institution judiciaire risquent d’être instrumentalisés contre les vulnérables et peuvent conduire à des « procès non équitables ». ASF intervient dans ces dernières situations, soit en fournissant une assistance judiciaire par la mise en place d’équipes mixtes (nationales et internationales) de défense, soit en organisant des missions d’observation judiciaire. Ces actions sont confiées aux avocats ou juristes experts membres de l’International Legal Network d’ASF.

Au regard de l’importance que la SNAL et les projets d’Aide légale actuellement mis en œuvre et qui devront se poursuivre attachent à la question des mineurs en conflit avec la loi, il nous paraît capital qu’ASF investisse dans la réalisation d’une étude actualisée sur la justice des mineurs en conflit avec la loi pénale au Burundi.

 

Objectif de la mission

Il s’agit de contribuer à sortir d’une logique strictement répressive et intégrer dans la pratique judiciaire des notions telles que l’intérêt supérieur de l’enfant.

  • Sur base des réformes législatives existantes, des données et des statistiques sur le nombre et la situation des enfants privés de liberté au Burundi,  sur base d’une analyse des décisions judiciaires pertinentes, faire une étude analytique de l’évolution de la question des mineurs en conflit avec la loi au Burundi et de la mise en œuvre concrète de ces réformes ;
  • Identifier les innovations et lacunes législatives, les différents obstacles auxquels font face les avocats intervenant en cette matière ;
  • Identifier et faire une analyse détaillée des dysfonctionnements actuels à tous les niveaux et proposer des leviers d’actions, des pistes de solutions pour une véritable justice pénale juvénile qui tienne compte en tous temps et en tous lieux de l’intérêt supérieur de celui-ci ;
  • Formuler des recommandations pour que des mesures concrètes et efficaces soient prises pour assurer le respect des garanties judiciaires et des droits de la défense prévues les différents instruments.

 

Missions

Plusieurs études sur le fonctionnement de la justice pénale pour mineurs au Burundi ont déjà été réalisées.

Dans le cadre de la présente étude, il s’agira de :

  • Faire un état des lieux de la situation carcérale des mineurs au Burundi ;
  • Formuler des recommandations en direction des magistrats, du Groupe Thématique Justice Pénale Humanisée du Ministère de la Justice, des services pénitentiaires et des avocats, etc.
  • Faire un état des lieux de l’évolution et de l’état actuel de la législation en matière de justice pénale pour mineurs : identifier les avancées significatives, relever les lacunes législatives ainsi que les dysfonctionnements et leurs causes (conjoncturelles et structurelles) et proposer les solutions ou améliorations idoines;
  • Récolter des informations relatives à la pratique judiciaire en matière de justice pénale pour mineurs au Burundi et  les analyser sous l’éclairage de la législation burundaise et des normes internationales ;

 

Résultats attendus

  • Le Sous- Groupe Thématique « Justice juvénile » du Ministère de la Justice et les différents acteurs intervenant dans le domaine de la justice pour mineurs disposent d’un important outil d’inspiration pour donner une impulsion et améliorer des mécanismes de mise en oeuvre de la justice pour mineurs au Burundi ;
  • Des pistes d’opérationnalisation des innovations apportées par le Code de procédure pénale, tant au moment de l’enquête préliminaire et de l’instruction que de l’audience et du jugement, sont identifiées et exploitées (assistance judiciaire systématique, enquête sociale, mise en liberté provisoire sous conditions, etc.) ;
  • Les acteurs de la chaîne pénale sont plus sensibilisées, maîtrisent mieux la notion d’intérêt de l’enfant, et se coordonnent davantage pour en assurer l’effectivité.

 

Méthodologie

Le Consultant international travaillera en binôme avec un Consultant national dont il supervisera le travail et sera responsable du rendu final de l’étude. Ils conviendront des modalités pratiques de collaboration qu’ils communiqueront à ASF en même temps que la note méthodologique.

Ils ont pour missions principales, notamment de :

  • Mener une étude sur la justice pénale pour mineurs au Burundi alimentée par  une  analyse de la pratique judiciaire sur base d’un échantillon de décisions judiciaires jugées les plus pertinentes;
  • Proposer, faire valider par ASF et partager avec les Groupes Thématiques intéressés du Ministère de la Justice la méthodologie après 7 jours maximum de prestation ;
  • Faire valider l’étude par ASF et intégrer dans la version finale les observations et recommandations formulées ;
  • Préparer et co-animer 4 ateliers de présentation, discussion et validation de l’étude avec les différents acteurs intéressés (Bujumbura, Gitega, Ngozi et Bururi).

 

Livrable

  • Une note méthodologique, au plus tard 7 jours après le démarrage de la prestation ;
  • Un draft de rapport incluant les recommandations d’ASF et des Groupes Thématiques impliqués ;
  • Le matériel utilisé pour la restitution ;
  • Un rapport final prenant en compte les recommandations d’ASF et des Groupes Thématiques.

 

Conditions

  • Les frais de transport et de séjour lors des missions sur terrain sont pris en charge par ASF.
  • Le Consultant travaille sur son propre matériel informatique.
  • Les honoraires s’inscrivent dans la grille barémique d’ASF et sont discutés et convenus entre le Consultant et ASF.
  • Date de dépôt du rapport final à déterminer

 

Profil recherché

  • Formation universitaire en droit (diplôme supérieur), avec au moins 10 ans d’expérience professionnelle dans le secteur de la justice ; ou
  • Expérience comme avocat, magistrat ou juriste ayant une bonne maîtrise du droit pénal avec une expérience confirmée en procédure pénale ;
  • Très bonnes qualités d’analyse, de synthèse et de rédaction ;
  • Maîtrise parfaite du français

 

Pour postuler

Merci d’envoyer rapidement vos CV, lettre de motivation et disponibilités à : bel-asf9@asf.be, en précisant «Consultance Burundi» en objet.

 

Nous nous réservons le droit de clôturer l’offre avant la date de clôture des candidatures.

 

Pour des raisons de ressources humaines limitées, seuls les candidats présélectionnés seront contactés par ASF. Merci pour votre compréhension et votre intérêt pour la promotion des droits humains.

Détails de l'annonce

Organisation : AGEH
Site web : http://www.ageh.de
Adresse email : stefanie.koenen@ageh.org
Lieu de l'emploi : Bururi /
Fichier : PDF icon 2931englisch.pdf
Type d'emploi : Contrat à durée déterminée
Type de contrat : Temps plein
Fonction : Autre
Date de publication : 18/11/2014
Date limite : 16/12/2014

Profil

Your profile

  • You have completed a university degree relevant to the field of development cooperation and have acquired professional experience in Germany and abroad, ideally in Africa.
  • You are keen to use your sound theoretical and practical knowledge in the fields of conflict management as well as peace-building and reconciliation work as a consultant in a multidisciplinary team. You have a speciality in land rights issues and democratisation.
  • You are familiar with organisational development and project management and well versed in planning, monitoring and evaluating, as well as in fundraising.
  • You enjoy imparting knowledge in the field of adult education and are able to prepare and communicate content in a way that is appropriate to the target group.
  • You are prepared to live and work in a rural environment.
  • You are a member of a Christian church and act appropriately in this environment.
  • You are an EU or Swiss citizen. You speak very good French and fluent English.

What we offer

We offer you a meaningful role within a challenging intercultural environment. Your place of residence and work is Bururi and your assignment is scheduled for three years. We will prepare you thoroughly and individually for your role. As per the German Development Aid Workers Act (Entwicklungshelfergesetz), you will receive an employment contract, including social security and a remuneration commensurate to the position.

         
The Association for Development Cooperation (AGEH) personnel service of the German Catholics for Development Cooperation. For 50 years, we have been selecting professionals, ensuring their continued training and their insurance coverage. We place them in development organisations and projects in more than 60 countries.

We look forward to receiving your application via our online application form at www.ageh.de. If you are unable to use the application form for technical reasons, please apply with your CV and covering letter to jobs@ageh.org . Applications should only be submitted in German or English.:

Association for Development Cooperation (AGEH), PO Box 210128, 50527 Cologne, Germany

Description

Peace work – a job for you?

You understand the strong need for direct dialogue between people when it comes to initiating and furthering peace processes. You are looking for a job which focuses on the concerns and hardships of people, organisations and communities. And you are ready for a challenging new position with a high level of personal responsibility. If so, we can offer you the following position:

Integrated Consultant and Trainer at CDJP, Bururi, Burundi  # 2931

The mission of the Civil Peace Service (CPS) programme is the non-violent and constructive management of conflicts. The specialised staffs of the CPS are committed to preventing the outbreak of violent conflicts and contributing to a peaceful resolution after violent conflicts. Based on the church-related and civil-social commitment of our partners in Burundi, the CPS contributes to civil conflict management through peace-building measures. The Diocesan Justice and Peace Commission (CDJP) in Bururi was founded in 2003 with the aim of creating social justice and contributing to the prevention and resolution of conflicts. It is led by a priest and, in addition to a voluntary secretary, currently has eight active members from a total of 20 communities. To strengthen its impact and sustainability, the CDJP intends to increase its number of salaried and voluntary members and to improve their skills in the field of peace-building. One of the core areas for the diocese is mediation in the many conflicts which arise due to the unclear land-ownership situation. The CDJP lacks qualified staff to resolve conflicts and act in an advisory capacity in this field. 

Your tasks

You will advise on the CDJP’s planned restructuring and organisational development process and provide support in training and raising awareness on land rights issues, democratisation and conflict management.

Primarily, you will carry out the following tasks:

  • You will support the CDJP in strategic planning and the conception of projects for peace-building and consolidation. This includes collaboration with the secretariat in the field of fundraising.
  • You will devise and establish training and continuing education measures for salaried employees as well as members of the CDJP in the field of planning, monitoring and evaluation.
  • Furthermore, you will be involved in the development of training modules for peace-building and civil conflict management for the CDJP. The core aspects are land rights issues and democratisation processes.
  • You will support the CDJP in networking and all matters regarding collaboration with other relevant partners.

Détails de l'annonce

Organisation : AGEH
Site web : http://www.ageh.de
Adresse email : stefanie.koenen@ageh.org
Lieu de l'emploi : Gitega and Ngozi /
Fichier : PDF icon 2977englisch.pdf
Type d'emploi : Contrat à durée déterminée
Type de contrat : Temps plein
Fonction : Autre
Date de publication : 18/11/2014
Date limite : 16/12/2014

Profil

Your profile

  • You have completed a university degree in Social Sciences and have acquired professional experience in administrative and church structures in the region.
  • You are keen to use your sound theoretical and practical knowledge in the fields of conflict management as well as peace-building and reconciliation work as a consultant in a multidisciplinary team.
  • You are familiar with organisational development and project management and well versed in planning, monitoring and evaluating. Additionally you have knowledge about fundraising.
  • You enjoy imparting knowledge in the field of adult education and are able to prepare and communicate content in a way that is appropriate to the target group.
  • You are an open team player and work in a sensitive and respectful manner. You are energetic, flexible and adaptable. You enjoy communication and working in a challenging multicultural environment.
  • As a member of a church, you share the goals and concerns of church-related development cooperation and act appropriately in a church environment.
  • You are an EU or Swiss citizen. You speak very good French and fluent English. Knowledge of Kiswahili and/or Kirundi are also preferable.

What we offer

We offer you a meaningful role within a challenging, intercultural environment. You will live and work in Gitega for a period of three years. We will prepare you thoroughly and individually for your work. As per the German Development Aid Workers Act (Entwicklungshelfergesetz), you will receive an employment contract, including social security and a remuneration commensurate to the position.

         
The Association for Development Cooperation (AGEH) personnel service of the German Catholics for Development Cooperation. For 50 years, we have been selecting professionals, ensuring their continued training and their insurance coverage. We place them in development organisations and projects in more than 60 countries.

We look forward to receiving your application via our online application form at www.ageh.de. If you are unable to use the application form for technical reasons, please apply with your CV and covering letter to jobs@ageh.org . Applications should only be submitted in German or English.:

Association for Development Cooperation (AGEH), PO Box 210128, 50527 Cologne, Germany

Description

Peace work – a job for you?
    

understand the strong need for direct dialogue between people when it comes to initiating and furthering peace processes. You want a job which focus-es on concerns and hardships of people, organisations and communities, and you are ready for a new and challenging position that requires a high level of personal responsibility. If so, we can offer you the following position:

Integrated Consultant and Trainer (m/f) in the CDJP Gitega and Ngozi, Burundi  # 2977

Curbing violence without military action, while strengthening civil forces in society and managing conflicts peacefully: this is the idea behind the Civil Peace Service (CPS). The Diocesan Justice and Peace Commissions (CDJP) in Gitega and Ngozi in Burundi, promote justice and reconciliation by educating and raising awareness among local leaders and multipliers in the fields of human rights work, non-violent communication, peaceful conflict resolution and tolerance. They are integrated within the national Justice and Peace Commission. The CDJP are currently sharpening their profile and reorienting themselves, in order to raise the quality and effectiveness of their work. 

Your tasks…

… require extensive knowledge of peace-building and reconciliation work, which you will use to support existing activities. Primarily, you will carry out the following tasks:

  • You will develop and establish training and continuing education measures as well as suitable training instruments for the CDJP staff in the fields of peace-building, reconciliation, and conflict analysis and conflict management. These measures will focus on non-violent communication, civil and human rights and democratisation.
  • You will implement trainings in Fundraising and Project Proposals for the same target group.
  • You will support the organisational development of both CDJPs and shape their strategic planning. Especially you will support the development of the annual planning and the implementation of a PME-System.
  • You support the Commissions in networking with local, national and international partners of civil society, church and state, and facilitate the dialog on all levels.
  • You will support the executive directors of both CDJPs in project applications for different donors.

Détails de l'annonce

Organisation : Avocats Sans Frontières
Site web : http://www.asf.be
Adresse email : job@asf.be
Lieu de l'emploi : Bujumbura /
Fichier : PDF icon asf_vacancy_evalburundidgd_201411.pdf
Type d'emploi : Autre
Type de contrat : Autre
Fonction : Animation/Formation
Date de publication : 11/11/2014
Date limite : 20/11/2014

Profil

Requis

  • Diplôme supérieur (PhD, Master) ou expérience équivalente en droit ou autres sciences sociales.
  • Expérience pertinente de 5 ans dans l’élaboration, la mise en oeuvre, l’évaluation ou la recherche autour de projets de développement dans le domaine de la justice ou de la gouvernance.
  • Expérience de 1 an minimum dans le domaine de l’évaluation de projet ou programme. Maitrise des méthodologies de récolte de données (techniques d’entrevues, grille de collecte et outils d’analyse qualitative et quantitative des données)
  • Connaissance ou expérience professionnelle de problématiques liées à l’accès à la justice dans les états fragiles.
  • Capacités de synthèse, analyse et rédaction. Esprit de créativité et d’adaptation. Bon relationnel et capacité de travailler sous pression.

Souhaité

  • Expérience dans la mise en oeuvre et l’évaluation de projets d’accès à la justice
  • Pratique judiciaire ou d’avocat
  • Bonne connaissance du contexte de la justice dans la région des Grands Lacs (idéalement du Burundi.
Le Consultant sera recruté sur base d’une procédure de consultation ouverte, sur CV et sur résultats d’un entretien avec l’équipe ASF du siège.
Les conditions financières s’inscrivent dans la grille barémique d’ASF et sont discutées et convenues entre le Consultant et ASF. Les conditions logistiques seront également discutées et convenues entre les deux parties.
 
Veuillez faire parvenir votre candidature composée d’un CV détaillé et d’une lettre de motivation avant le 21 novembre 2014 à l’adresse suivante: bur-job@asf.be

Description

Objectifs et approches des projets à évaluer

Face aux difficultés constatées, qui constituent de réels blocages à l’accès à une justice effective et de qualité pour les plus vulnérables, ASF propose de :

  • Développer l’accès à une aide légale coordonnée et de qualité par les pourvoyeurs qui ont la charge légale d’assurer des services d’aide légale aux catégories de vulnérables ciblées par la SNAL dans les provinces de Bujumbura-Mairie, Gitega et Ngozi.
  • Contribuer à la mise en oeuvre effective de la Stratégie Nationale d’Aide Légale au Burundi.

La stratégie des deux projets s’inscrit dans une optique de durabilité et désengagement progressif d’ASF et repose sur quelques axes :

  • Le renforcement et l’amélioration des synergies et de la complémentarité des acteurs provinciaux intervenant dans le secteur de l’aide légale (Foras Provinciaux d’Aide Légale), la coordination puis le transfert de la facilitation de ces cadres de concertation aux structures décentralisées;
  • Le transfert des compétences aux acteurs nationaux/structures pérennes de délivrance d’aide légale (services d’accueil, conseil et orientation au niveau provincial): Centres de développement familial et communautaire (CDFC), Faculté et étudiants de droits de l’Université de Ngozi et de l’Université Lumière de Bujumbura, jeunes juristes de Gitega, services juridiques des prisons d’intervention ;
  • Le renforcement technique des avocats en vue d’accroître l’efficacité et la qualité de l’assistance judiciaire;

    ==> Dynamique de retrait de la délivrance de services légaux directs à la population, au                 profit du Barreau de Bujumbura :

    ==> Développement d’un curriculum de formation à l’aide légale, des modules et supports             de formation ;

    ==> Formation d’avocats séniors futurs formateurs des jeunes avocats ;

    ==> Renforcement de la Commission d’assistance judiciaire qui est, statutairement,                         chargée d’organiser, encadrer et superviser les activités d’aide légale du Barreau ;

    ==> Le renforcement organisationnel et de gestion du Barreau, notamment par la mise à               disposition d’une ressource experte en gestion de projet chargée d’autonomiser le                 Barreau dans le montage, la gestion de projet et la recherche de financements.

  • La stimulation de l’installation des cabinets d’avocats en province.
  • Poursuite de la provision des services directs d’aide légale :

     ==> Renforcement de l’aide juridique de proximité : sensibilisation/ diffusion du droit et                  consultations dans les communes et prisons des provinces d’intervention
     ==> Rationalisation thématique et optimisation de l’efficacité de l’assistance judiciaire.

1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX DE L’ÉVALUATION

L’objectif est d’évaluer la pertinence, l’efficience, l’efficacité, le degré de durabilité et l’impact des projets.

L’évaluation contiendra notamment:

  • Une analyse sur la réalisation des objectifs des projets et des résultats obtenus ;
  • Une appréciation de l’efficacité des activités mises en oeuvre pour atteindre les objectifs fixés;
  • Une évaluation des partenariats établis au cours des projets et des propositions sur les modalités d’une meilleure coordination des interventions et du travail en partenariat des acteurs intervenant en matière d’aide légale;
  • Une évaluation des activités de renforcement de capacité des acteurs partenaires ;
  • Un aperçu des leçons pertinentes tirées, une appréciation sur l’opportunité de continuer ce type d’activités et des suggestions/propositions concrètes et réalistes, des réajustements éventuels en cas d’interventions futures pour l’amélioration de l’accès à la justice pour les personnes en situation de vulnérabilité.
2. POINTS PRIORITAIRES A EVALUER

  • Mesure dans laquelle les objectifs des projets mis en oeuvre sont conformes aux besoins réels des populations vulnérables bénéficiaires, aux besoins du pays exprimés dans la politique sectorielle du Ministère de la Justice et autres documents pertinents, aux politiques des partenaires associés et des partenaires techniques et financiers et en quoi les projets ont apporté des mesures innovatrices dans la solution aux problèmes d’accès à la justice ;
  • Mesure dans laquelle le degré de mise en oeuvre du programme, son efficacité et la qualité des services et des réalisations par rapport à ce qui a été prévu initialement sont satisfaisants ;
  • Mesure dans laquelle les capacités d'intervention des acteurs nationaux ont été mises en place et/ou renforcées et ces derniers se sont appropriés des projets en assumant un rôle actif dans leur mise en oeuvre (au niveau national et provincial);
  • Identification des leçons apprises ou des bonnes pratiques observées transmissibles à d'autres programmes ou provinces du pays qui pourraient être reproduites ou montées en échelle au niveau national ou local dans le but de garantir la durabilité du programme ou de certaines de ses composantes.
3. APPROCHE MÉTHODOLOGIQUE

L’évaluation sera basée sur une analyse des documents pertinents d’une part, et sur la collecte de données sur le terrain à base d’interviews, d’entretiens, focus groups et de réunions avec les interlocuteurs et les bénéficiaires d’autre part. L’évaluateur peut proposer d’autres modes de collecte de données et méthodes de travail.
Avocats Sans Frontières mettra à disposition de l’évaluateur les documents pertinents, tels que les documents de projets y compris le cadre logique, le cartogramme des activités, le plan d’action d’ASF, tous les rapports périodiques d’activités (mensuels, annuels/mi parcours), les rapports intermédiaires destinés au bailleur de fonds et tout autre document jugé pertinent.
Avocats Sans Frontières facilitera la prise de contact avec les interlocuteurs sur place.
Il est prévu d’organiser dans le cadre de l’évaluation une enquête quantitative de satisfaction des bénéficiaires et des réunions avec les principaux partenaires.
 
4. LIVRABLES
 
  • Une note méthodologique sur la base d’une revue documentaire partielle et entretiens préliminaires sera soumise dans les 4 jours après que le consultant ait reçu l’ensemble de documentation sur les projets à évaluer;
  • Le draft de rapport final qui sera soumis au jour 19
  • Le rapport final qui sera soumis au jour 21 : il contiendra un résumé analytique présentant une brève description des projets, de son contexte et de la situation actuelle, de l'objectif de l'évaluation, de sa méthodologie et de ses principaux résultats, conclusions et recommandations. Le rapport final sera envoyé à l’adresse suivante : bur-cm@asf.be
5. Timing et honoraires

21 jours de travail au Burundi entre le 1er et le 30 décembre 2014.
Déplacement international et national et frais de VISA pris en charge par ASF. Déplacement de 6 jours prévu en province.
Honoraire de 200 à 300 euros / jour selon expérience + per diems.

 

Détails de l'annonce

Organisation : Avocats Sans Frontières
Site web : http://www.asf.be
Adresse email : job@asf.be
Lieu de l'emploi : Burundi /
Fichier : PDF icon asf_-_appel_a_candidature_consultant_actualisation_snal_-_burundi.pdf
Type d'emploi : Autre
Type de contrat : Temps plein
Fonction : Expertise/recherche
Date de publication : 16/10/2014
Date limite : 25/10/2014

Profil

Voir ci-dessus

Description

ASF mène au Burundi depuis une dizaine d’années, des activités d’aide légale grâce à l’appui du Gouvernement belge. L’aide légale regroupe l’ensemble des actions menées en vue d’aider et d’assister le justiciables confrontés à la justice. Il s’agit principalement des activités d’accueil, de conseil, d’orientation, rédaction d’écrits, accompagnement des justiciables devant les juridictions et l’assistance judicaire. D’autres organisations nationales et internationales développent des programmes similaires au profit des catégories diversifiées de personnes vulnérables, grâce aux financements extérieurs.

 

Cependant, malgré les initiatives et les efforts des différentes organisations, les besoins en matière d’aide légale restent énormes. Par ailleurs, les services offerts ne sont pas étendus sur tout le territoire du pays, ils ne sont pas coordonnées et sont limitées dans le temps sans que leur pérennité ne soit assurée ni que leur impact soit mesuré.

 

Ainsi, les besoins en aide légale ne peuvent être couverts par l’action isolée des organisations de la société civile seules, sans un engagement significatif de l’Etat pour réguler et canaliser les initiatives privées vers les besoins prioritaires et allouer les ressources financières nécessaires au développement et à la pérennisation de l’aide légale.

 

Se basant sur ce constat, les organisations/structures nationales et internationales œuvrant dans le domaine de l’aide légale se sont regroupées en Novembre 2010 au sein d’un forum appelé Forum d’Aide Légale initié et piloté par Avocats Sans Frontières. Le Forum  regroupait, outre les organisations de la société civile nationale et internationale, le Ministère de la Justice, les Barreaux et les Facultés de droit des Universités du pays.

 

Les objectifs principaux de ce Forum étaient :

§  D’accroître la collaboration et la synergie entre les prestataires d’aide légale pour mieux servir les bénéficiaires ;

§  De contribuer au développement et à la mise en place d’un système effectif et durable d’aide légale au Burundi.

 

Au-delà des simples réunions d’échanges, le travail du Forum devrait aboutir en définitive à l’élaboration d’une stratégie nationale visant l’institutionnalisation de l’aide légale en la communicant au gouvernement à travers le Ministère de la justice. 

L’action du Forum d’aide légale s’inscrivait dans la droite ligne de la politique sectorielle 2011-2015 du Ministère de la justice, dont l’une des priorités est d’améliorer l’accès à la justice pour la population burundaise. Et dans ce sens, il est prévu dans la même politique sectorielle, le développement d’une stratégie nationale qui clarifie les rôles et contributions respectives et complémentaires de l’Etat, des Barreaux et des Organisations non gouvernementales dans la provision de l’aide légale, ainsi que la mise en place d’un fond d’assistance judiciaire[1].

 

Pour nourrir la réflexion des membres du Forum, une étude de base sur « l’état des lieux de l’aide légale au Burundi » a été réalisée sur demande d’ASF en 2011. En vue de permettre aux membres du Forum de s’ouvrir aux modèles d’aide légale existants dans des pays à réalités proches du Burundi, deux voyages d’études ont été effectués en Belgique et au Cameroun par une équipe de 5 personnes choisies par le Forum. Un rapport des voyages d’étude a été réalisé et restitué au Forum.

 

Pour assurer son encrage institutionnel, le forum d’aide légale a intégré, en février 2012, le  Groupe Thématique « Demande de Justice » créé par le Ministère de la justice[2]. Ce dernier a alors absorbé le Forum et repris ses objectifs.

 

Le Forum d’Aide Légale, institutionnalisé depuis en Groupe Thématique « Demande de Justice », sur base :

ü  des expériences de terrain des uns et des autres de ses membres dans la provision des services d’aide légales,

ü  des résultats de l’étude de base sur « l’état des lieux de l’aide légale au Burundi »

ü  du rapport des voyages d’étude en Belgique et au Cameroun,

ü  des différents textes de loi en vigueur au Burundi faisant référence à l’aide légale, à pu élaborer, à l’issu d’un atelier participatif de 3 jours, lui-même précédé par des travaux en groupes restreints, une proposition de stratégie nationale d’aide légale (SNAL).

 

Le processus d’élaboration de ce document de stratégie nationale a été dirigé par un consultant international. Le document de la « SNAL » a été validé par le groupe thématique « Demande de justice » en avril 2012 et transmis au Ministère de la justice.

Depuis avril 2012 jusqu’en octobre 2013, aucun suivi n’a été fait en vue de l’adoption de ce document par le Ministère. Le groupe thématique « Demande de justice » qui devrait en assurer le suivi n’a pas pu se réunir durant cette période pour des raisons techniques.

Entre temps, le contexte de l’aide égale au Burundi a évolué avec notamment :

ü  La promulgation, le 03 avril 2013, du nouveau code de procédure pénale burundais qui prévoit l’assistance judiciaire obligatoire pour quelques catégories de personnes, et sous peine de nullité de toute la procédure pour le mineur qui serait jugé sans l’assistance d’un avocat.

ü  Le Centre de Formation Professionnelle de la Justice, ayant vocation à former et à renforcer les capacités des acteurs judiciaires, y compris les avocats qui a marqué quelques avancées avec notamment le 1er recrutement des magistrats sur concours.

ü  L’étude de faisabilité d’un système de financement et de gestion de l’aide légale au Burundi dont la 3ème et dernière phase de réalisation va démarrer bientôt. 

ü  L’acceptation formelle du Ministère des finances d’allouer un petit montant pour le démarrage d’un Fonds d’aide légale en 2015 et l’inscription de ce montant dans le budget de l’Etat de cette même année.

ü  La réalisation d’une étude de faisabilité sur l’installation des cabinets d’avocats en provinces et le constat de l’installation effective de quelques cabinets dans certaines provinces du pays.  

ü  La redynamisation du groupe thématique par ASF depuis octobre 2013

ü  La mise ne place du Forum provincial d’aide légale, à titre pilote, à Gitega et Ngozi sur initiative d’ASF. Il s’agit d’un cadre d’échange et de coordination des acteurs au niveau provincial, qui à vocation à contribuer à la mise en œuvre de la politique sectorielle du Ministère de la justice au niveau provincial.

L’élaboration d’un nouvel avant projet de loi sur l’aide légale au Burundi, est inscrite à l’agenda du Groupe thématique « Demande de justice » pour cette année 2014.  

 

De tous ces éléments susmentionnés, le nouveau code de procédure pénale et l’étude sur le système de financement et de gestion de l’aide légale au Burundi contiennent des données importantes qui aideraient à orienter dans le court et moyen terme la provision de l’aide légale institutionnalisée au Burundi. Or, ces données se sont développées ou confirmées après la proposition de Stratégie Nationale d’Aide légale d’avril 2012. Par ailleurs, à la lecture de ce document, il se trouve que certaines informations/ situations ont changé depuis cette époque.

 

Le groupe thématique veut donc procéder à l’actualisation de la SNAL en vue de son adoption. C’est ainsi qu’il est recherché un consultant pour faciliter et conduire le processus d’actualisation de  cette stratégie. 

 Déroulement et objectifs de la mission

 

Le consultant commencera par s’imprégner du contenu de la SNAL élaboré en avril 2012.

Par la suite, il sera mis à sa disposition tous les documents pertinents en rapport avec l’aide légale au Burundi ou qui y font référence. Ces documents, ainsi que la SNAL, pourront lui être transmis par courrier électronique avant le début de la mission, afin qu’il en prenne déjà connaissance.

 

Au début de la mission, le consultant aura un briefing de la part de l’équipe d’ASF à Bujumbura et le point focal du groupe thématique « Demande de justice » sur le contexte de l’aide légale au Burundi et sur le déroulement de la mission.

 

 

Les principales étapes de la mission sont les suivantes:

 

Etape 1 : Atelier sous forme de brainstorming

 

Il est prévu un atelier, sous forme de brainstorming en groupe restreint, sur l’état des lieux de l’aide légale au Burundi depuis la proposition de SNAL en avril 2012 et aujourd’hui. A cet effet, une commission a été mise en place par le groupe thématique « Demande de justice ». L’objectif de cet atelier/brainstorming est d’identifier les avancées en matières d’aide légale qui méritent d’être prises en compte dans le processus d’actualisation de la SNAL ainsi que les points éventuels de la SNAL qui méritent d’être retouchés car n’étant plus en phase avec le contexte actuel.

Les participants à ce brainstorming devront avoir consulté à l’avance le document de la SNAL pour s’en imprégner. Lors de cet atelier, outre le document de la SNAL, la commission va s’appuyer sur : les différents textes des lois nationaux qui font référence à l’assistance juridique et judiciaire, les études et autres documents pertinents en rapport avec l’aide légale (en ce compris le rapport de la Revue Sectorielle qui s’est tenue en mars 2014, les rapports liés à la conceptualisation d’un fonds d’aide légale, le rapport de l’étude de faisabilité de l’installation des avocats en province), les données ou informations de terrain obtenues auprès d’acteurs pourvoyeurs d’aide légale, et éventuellement les éléments du contexte social, judiciaire, politique, institutionnel, etc.

Le consultant animera cet atelier/brainstorming. Il aura pour rôle: « stimuler » les débats, orienter, cadrer et faciliter les échanges. Il soumettra lui aussi à discussion, des propositions d’amendement en termes d’ajouts, de retrait ou de réorientation pour la nouvelle SNAL. Il prendra note des différentes propositions faites durant l’atelier.

 

 

Etape 2 : Actualisation de la SNAL

 

Sur base des résultats de l’atelier / brainstorming le consultant va élaborer un document de SNAL actualisée. En cas de besoin, il mènera des entretiens en bilatéral avec les acteurs clés concernés par la question de l’aide légale comme : le Ministère de la justice, les Barreaux, les Organisations pourvoyeuses d’aide légale, les Partenaires techniques et financiers, etc. Il pourra également effectuer de visites de terrain (déplacement en province par exemple). Dans le cadre de sa mission, il est souhaitable que le consultant échange avec l’équipe des consultants qui sont en train de réaliser l’étude de faisabilité d’un système de financement et de gestion de l’aide légale au Burundi; cela lui permettra d’éclaircir davantage la place du Fonds d’aide légale dans la SNAL , ou les liens entre les  deux  éléments.

 

Etape 3 : Discussion sur la SNAL actualisée au sein de la commission

 

Après l’étape 2 ci-dessus, le consultant présentera à la commission une première version de la SNAL actualisée. Cette version sera alors discutée, de préférence dans le cadre d’un atelier comme à l’étape 2. A l’impossible, le consultant rencontrera les membres de la commission en groupe encore plu petit ou en bilatéral. Les discussions au sein de la commission pourront être multipliées car il est souhaitable que les propositions pertinentes de la SNAL soient discutées suffisamment et validées au sein de la commission, sous la facilitation du consultant, pour éviter de longs débats et des propositions qui vont dans tous les sens lors de la restitution au groupe thématique. La commission pourra décider de la participation dans ses travaux d’autres personnes ressources pouvant donner de l’éclairage sur tel ou tel autre aspect.

 

 

Etape 4 : Présentation de la SNAL actualisée au Groupe thématique pour validation

 

Une fois que la commission aura clôturé ses travaux, le consultant rédigera alors l’avant dernière version de la SNAL. Celle-ci sera alors présentée, pour validation, au groupe thématique « Demande de justice », élargi à d’autres acteurs concernés, au cours d’un atelier. Les propositions ou observations pertinentes faites lors de l’atelier seront pris en compte par le consultant dans la rédaction du document final de la SNAL. Ce document sera remis à la coprésidence du groupe thématique, qui le transmettra à son tour au Ministère de la Justice pour adoption, via le Groupe Sectoriel « Justice et Etat de droit ».

 

Résultats attendus

 

ü  La Stratégie Nationale d’Aide Légale est actualisée, discutée et validée par le groupe thématique « demande de justice » élargi à d’autres acteurs,

ü  La Stratégie Nationale d’Aide Légale est remise à la coprésidence du groupe thématique puis transmise au Ministère de la justice pour adoption, via le groupe  sectoriel « Justice et Etat de Droit ».

 

 

Livrable

 

ü  Le document final de la SNAL actualisée.

 

Conditions

 

Selon la grille d’ASF

 

 

Pour postuler

 

Les consultants  intéressés peuvent envoyer leurs candidatures composés d’une lettre de motivation et d'un CV comprenant entre autres les différentes consultances déjà effectuées,  à Madame le Chef de Mission d'Avocats Sans Frontières à  l'adresse suivante: bur-cm@asf.be, avec en objet : « candidature consultance/actualisation de la SNAL »

 

Délai limite d’envoie des candidatures le dimanche 26 octobre 2014 à 20h00.

 

Seul les candidats présélectionnés seront contactés. Merci pour votre compréhension.

 

 


 

[1] Voir Politique sectorielle du Ministère de la justice du Burundi 2011-2015, axe II, résultat 2.

[2] Pour assurer le suivi de la mise en œuvre de la politique sectorielle, quatre groupes thématiques, dont celui « Demande de justice » ont été créés par le Ministère de la justice en décembre 2011.  

Pages